Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La relance éco, France Bleu à l’heure du déconfinement

La relance éco : en Bretagne, selon l'INSEE, l'activité économique repart nettement mais reste fragile

-
Par , France Bleu Armorique

L'économie Bretonne a perdu 23 000 emplois dont les deux tiers en intérim au mois de mars à cause du confinement selon l'INSEE. Depuis l'activité repart franchement, mais la situation reste incertaine.

Le nouveau quartier Baud Chardonnet à Rennes symbole d'une économie plutôt dynamique avant le confinement
Le nouveau quartier Baud Chardonnet à Rennes symbole d'une économie plutôt dynamique avant le confinement © Maxppp - Marc Ollivier

Quel est l'état de santé de l'économie Bretonne depuis le début de la crise sanitaire ?  La région était l'une des plus dynamiques de France avant le confinement : Rennes dont la démographie est en forte croissance, représentait le porte flambeau de ce miracle breton. Après deux mois de confinement et autant de déconfinement, L'INSEE Bretagne vient de publier un état des lieux en partenariat avec les services de l'Etat, la Banque de France, les Douanes ou le Comité Régional du Tourisme pour établir une synthèse de la situation. Depuis juin, on observe une reprise progressive de l'activité après les pertes d'emplois abyssales du mois de mars. Sébastien Pons, directeur régional adjoint de l'INSEE Bretagne., répond aux questions de France Bleu.

-Dès la fin du mois de mars, l'économie Bretonne a perdu beaucoup d'emplois ?

-Sébastien Pons. Il y a eu un décrochage dès le début du confinement. La région Bretagne a perdu 23 000 emplois à la fin mars par rapport à fin décembre 2019. Le deux tiers ce sont des intérimaires. 16 000 emplois en intérim ont été supprimés.

-Jusqu'au déconfinement, qu'est-ce qui s'est passé pour l'économie de la Bretagne ?

-Sébastien Pons. Pendant le confinement, l'économie Bretonne, comme toutes les économies régionales, a été anesthésiée. Le recul de l'activité est de l'ordre de 30% par rapport à une situation normale. A partir de la mi mai, donc du déconfinement, on constate une reprise assez progressive avec une reprise dans l'industrie et les services marchands. Dans la construction, c'est plus timide avec des anticipations d'activité plus délicates dans les prochains mois.

-Au niveau national, on craignait que l'économie ne reparte pas. L'ancien premier ministre Edouard Philippe avait même évoqué un risque d'effondrement. En Bretagne, est-ce qu'il y a eu une reprise assez nette ?

Sébastien Pons. Par rapport à ce qui était prévu et aux anticipations qui avaient été très négatives, on constate un réveil de l'économie. Le redémarrage se traduit dans les dépenses des ménages par un quasi retour à la normale en juin. C'est ce qu'on constate en observant les utilisations des cartes bancaires. En Bretagne on est bien longtemps du cauchemar mais il y a des incertitudes pour la rentrée. Il existe au moins  deux facteurs d'incertitudes, une éventuelle deuxième vague d'épidémie et le commerce extérieur encore en difficulté; la Bretagne échange hors de France et il est possible qu'il y ait un impact.

EN SAVOIR PLUS : le site internet de l'INSEE Bretagne

Choix de la station

À venir dansDanssecondess