Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco ind’è noi

La relance éco : en Corse, le marché du livre survit tant bien que mal à la crise du Covid-19

-
Par , France Bleu RCFM

Pendant le confinement, de nombreux lecteurs se sont plaints de ne pas avoir eu accès à leur librairie, certains se sont même remis à lire mais depuis la réouverture des librairies. En Corse, leur activité redémarre timidement, pareil pour le secteur de l'édition, toujours au ralenti.

Bernard Biancarelli, directeur artistique des éditions Albiana
Bernard Biancarelli, directeur artistique des éditions Albiana © Radio France - Stéphane Maggiolini

Complice invétéré durant les trois mois de confinement, le livre a joué un rôle important dans les foyers. Certains ont même repris le temps, le goût de la lecture, regrettant même que les libraires ne soient pas considérés comme des commerces essentiels, autorisés à ouvrir. Sauf que, leur réouverture n'a pas déchaîné les foules. À Ajaccio (Corse-du-Sud), le marché du livre tourne au ralenti et la casse est limitée par les quelques touristes venus du continent.

Un effet Covid pas si positif que ça sur les ventes

La passion soudaine du confinement est à la marge sur le carnet des ventes, les clients habituels se sont certes précipités à la réouverture des librairies, mais il n'y a pas réellement eu d'effet Covid à en croire les vendeurs et responsables des commerces du centre d'Ajaccio. "On a perdu une grosse partie de la clientèle scolaire du fait de la fermeture des écoles, on n'a pas les touristes étrangers, absents de l'île à cause de la crise sanitaire et les lecteurs du confinement l'étaient sans doute par ennui mais ne sont pas là non plus", explique Muriel Melgrani, gérante de la librairie Les Palmiers.

À quelques mètres de là, à la librairie La Marge, le constat est plus positif. "On ressent un effet lié au confinement, on avait mis en place un drive et ça avait plu à notre clientèle habituelle mais aussi une autre clientèle, née durant la crise. On avait beaucoup de demandes sur Facebook, on a gardé ce moyen de communication aujourd'hui et on prépare la mise en place d'un site pour faciliter les commandes. Après c'est vrai qu'on fait des bonnes journées mais pas aussi remplies que l'été dernier, ça se relance là depuis fin juillet, on a pas mal de touristes du continent, mais on va être sur du -20% par rapport à 2019", estime Ghislaine Cavijiloli, gérante de La Marge.

Moitié moins de livres édités cette année

Difficile de chiffrer précisément l'impact de la crise sur les ventes mais impact il y a. Même chose dans le secteur de l'édition. Les éditions corses Albiana estiment une perte d'environ un quart de leur chiffre d'affaires habituel et une réduction de quasi -50% sur le nombres de livres édités. "D'habitude on est sur une trentaine de livres par an, là si on arrive à quinze c'est bien", dit Bernard Biancarelli, directeur artistique d'Albiana.

"Montrer aux lecteurs qu'on est là"

En début de semaine, l'éditeur participait au salon du livre Corse, sur la place Foch à Ajaccio, un salon à la saveur particulière, acteur de la relance du marché littéraire. "Le but c'est de montrer aux lecteurs qu'on est là, que malgré le covid on continue, on sort des livres. On veut leur dire, venez ! Venez nous parler ! C'est vrai que cette période est peut-être l'occasion de le dire un peu plus. Il faut insister sur le fait que nous résistons, nous continuons à faire quelque chose de très important pour la société, il faut lui dire qu'il y a de quoi se panser et penser", martèle Bernard Biancarelli.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess