Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La relance éco en Dordogne : à Pomport le domaine de Grange Neuve attend l'arrivée des touristes

-
Par , France Bleu Périgord

A Pomport dans le Bergeracois, les salariés du Domaine de Grange Neuve ont profité du confinement pour bichonner les vignes. Les ventes elles ont chuté de 60 à 70% pendant cette période.

Le Domaine de Grange Neuve à Pomport emploie 10 personnes
Le Domaine de Grange Neuve à Pomport emploie 10 personnes © Radio France - Emmanuel Claverie

A Pomport dans le Bergeracois, le Domaine de Grange neuve produit chaque année sur 90 hectares 3000 hectolitres de vin, en blanc, rouge et liquoreux, sans oublier du jus de raisin. L'exploitation qui emploie dix personnes au total n'a pas chômé pendant le confinement. "La vigne est une plante vivante, elle n'a que faire du confinement explique Anthony Castaing, viticulteur, il a fallu continuer à la travailler. Une fois passé le moment de sidération de l'annonce du confinement, il y a eu presque un moment de liberté pour nous vignerons; on a retrouvé l'essence même du métier. On s'est concentré sur nos travaux dans le vignoble, ces moments partagés avec la vigne".

Réécoutez la relance éco en Dordogne consacrée au Domaine de Grange Neuve à Pomport

Une importante chute des ventes

Même si le vin était considéré pendant le confinement comme un produit de première nécessité, rares ont été les clients à venir s'approvisionner durant cette période. "Nos ventes ont chuté de 60 à 70% durant cette période reconnait Anthony Castaing. Aujourd'hui les particuliers sont revenus, mais les professionnels eux se montrent plus réservés. "Les exportations et le secteur des acheteurs professionnels, par manque de trésorerie et de visibilité par rapport à ce qui pourrait advenir par la suite sont très prudents confirme le viticulteur. On compte beaucoup sur le tourisme maintenant pour nous aider à nous relancer" conclut Anthony Castaing.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess