Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La relance éco en Dordogne : le télétravail de ses clients demande plus d'organisation pour Rapic à Eyzerac

-
Par , France Bleu Périgord

L'entreprise qui fabrique des ressorts à Eyzerac près de Thiviers a repris la production sans difficulté mais le volume de commandes est en baisse. Le télétravail de ses clients lui demande plus d'organisation.

L'entreprise Rapic fabrique des ressort métalliques pour des secteurs très variés. Photo d'illustration
L'entreprise Rapic fabrique des ressort métalliques pour des secteurs très variés. Photo d'illustration © Maxppp - James Hardy

La société Rapic à Eyzerac près de Thiviers en Dordogne fabrique des ressorts pour des secteurs très variés : l'aéronautique, l'ameublement, le paramédical ou encore la robinetterie. Avec l'épidémie de coronavirus, le nombre de commandes a baissé notamment pour les entreprises de l'aéronautique qui représentent en moyenne 1/3 des volumes.

Le secteur de l'aéronautique "en panne pendant au moins un an"

 "Nous sommes à 70% de l'activité" estime le gérant Jean-Luc Besnard "on espère retrouver un niveau d'activité normal pour la fin de l'année sauf pour le secteur aéronautique qui est en panne pour au moins un an".

L'activité aéronautique est à l'état larvaire depuis le coronavirus"

Jean-Luc Besnard, gérant de l'entreprise Rapic à Eyzerac

Cependant l'entreprise n'a pas perdu de clients avec l'épidémie. Le directeur reste optimiste sur la suite "c'est difficile de trancher l'été, on a eu des petites commandes mais on ne sait pas si l'on doit mettre ça sur le compte de l'été où c'est plus calme ou bien si c'est la covid". Les carnets de commande sont remplis de 15 jours à un mois à l'avance mais pas plus, "honnêtement on vit le jour le jour" déclare Jean-Luc Besnard. 

Des complications créées par le télétravail des clients

L'épidémie n'a pas bouleversé l'organisation du travail au sein de la société. Rapic n'a fermé que quelques jours pendant le confinement avant de reprendre le travail par petits groupes de cinq puis avec l'ensemble de la vingtaine de salariés. "L'usine est suffisamment grande pour respecter les gestes barrières, assure Jean-Luc Besnard, il y a très peu de promiscuité et pour l'administratif, ce sont des bureaux individuels"

En revanche, le télétravail des clients de l'entreprise périgourdine entraîne des conséquences inattendues. Il a "occasionné quelques complications notamment au terme des transporteurs explique le gérant qui sont dans tous les sens en terme de livraison. Les salariés de Rapic assurent parfois le rôle de lien avec ses clients qui sont en travail à distance. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess