Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La "relance éco" : en Normandie, le BTP repart mais il y a urgence à reprendre le marché des particuliers

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Le bâtiment sort du confinement. Certains secteurs plus rapidement que d'autres. Les particuliers restent parfois frileux. Les professionnels l'assurent d'importantes mesures de protections sont prises. Et il y a urgence car les trésoreries sont dans le rouge et il faut craindre des défaillances.

La maison du Batiment Caen Calvados
La maison du Batiment Caen Calvados © Radio France - Carole LOUIS

Plus de 70.000 personnes travaillent pour le BTP en Normandie, plus de 14.000 dans le Calvados. Un secteur dont les acteurs ne sont pas tous logés à la même enseigne. Si l'on regarde les chiffres, tout s'est arrêté à l'annonce du confinement. Aujourd'hui  61% des chantiers ont rouvert en Normandie, mais 31% seulement sont en cadence normale explique Marc Rollet le président de la Fédération du Bâtiment dans le Calvados. Et si les gros chantiers de construction semblent mieux s'en tirer avec pratiquement 80% de reprise, le marché du particulier ( propriétaire comme locataire) peine encore à retrouver son rythme .

Marché construction neuve Caen
Marché construction neuve Caen © Radio France - Carole LOUIS

La fédération du bâtiment a pourtant mis en place un protocole très strict pour protéger ses professionnels et aussi justement ses clients ?

Un protocole validé au niveau national par l'OPPBTP, l'Organisme Professionnel de Prévention du Bâtiment et des Travaux Publics. Un document élaboré conjointement avec les entreprises, dirigeant et représentants des salariés, médecin du travail et fédérations diverses. La liste est longue des consignes et recommandations pour éviter la propagation du virus et assurer pour tous, travailleurs et clients, une parfaite sécurité. On retiendra l'obligation du port des masques, changés régulièrement en cas d'efforts intenses, de combinaisons jetables pour ceux qui vont chez les particuliers, des gants, du gel hydroalcoolique, voire des lunettes. Bien sûr il ne faut présenter aucun symptôme , des contrôles sont effectués chaque jour. La co-activité est pour l'heure toujours déconseillée et les déplacements  vers les chantiers limités à  deux salariés par véhicule pas plus .

Malgré cela, certains clients particuliers hésitent encore à rouvrir leurs portes ?

Oui et c'est ce qui inquiète les responsables de la filière. Avec les pouvoirs public ils multiplient d'ailleurs les réunions sur le terrain pour trouver des solutions. La dernière en date consacrée au logement social, qui représente 15 à 20% du marché. Des bailleurs sociaux avaient engagé des travaux avant la crise et sans l'accord des locataires, ils ne peuvent pas redémarrer: 

Si l'on respecte bien le protocole tout se passe bien

Interrogé Cyril Thillaye, dirigeant de  CTP à Moult dans le Calvados, spécialiste en plâtrerie et isolation, estime que le protocole du BTP, très rigoureux, rassure salariés et clients. Un ancien médecin du travail à la retraite chez qui il a engagé des travaux a d'ailleurs salué les consignes qu'il lui avaient présentées la veille de son intervention. Mais lui aussi comme ses collègues déplore la limitation à deux personnes dans les camions pour se rendre sur les chantiers et les retards qui augmentent concernant les approvisionnements en pièces ou matériaux. Tout cela induit des délais de livraison plus longs, des coûts d'immobilisation des matériels et véhicules . On pourrait ajouter aussi le budget engendré par l'achat des  équipements pour faire barrage au virus.

Deux par camions protégés
Deux par camions protégés - Cyril Thillaye

Et il y a déjà des entreprises dans le rouge?

Dans la région, la fédération, qui a mis en place une cellule de crise est inquiète. De nombreux petits artisans qui dépendent davantage de ce marché des particuliers n'ont pas osé demander de l'aide, l'ont fait trop tard ou imaginé qu'ils ne pourraient pas bénéficier des dispositifs de l'Etat, ou de la Région et se retrouvent  pour certains au bord de dépôt de bilan. Des professionnels dont les assureurs ont baissé à zéro leur assurance crédit, ce qui les oblige a payer comptant tout achat à leurs fournisseurs. Marc Rollet le président de la fédération dans le calvados l'assure: l'horizon est loin d'être dégagé, les mois à venir vont être très compliqués , il y a urgence.

Le témoignage de Marc Rollet, président de la Fédération Française du Bâtiment pour le Calvados

Le témoignage de Cyril Thillaye, patron de CTP isolation à Moult (14)

La " relance éco" chaque jour sur France Bleu Normandie 7H15.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess