Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

« La relance éco » : en Pays de la Loire, le coup de blues des auto-écoles

-
Par France Bleu Loire Océan

Fermées pendant deux mois, avec des candidats qui n’arrivent pas à passer leurs examens, les écoles de conduite traversent une période compliquée. Le représentant en Pays de la Loire du conseil national des professions de l’automobile appelle l’Etat à l'aide.

Les examens du permis de conduire ont repris ce lundi 8 juin avec un nouveau protocole sanitaire
Les examens du permis de conduire ont repris ce lundi 8 juin avec un nouveau protocole sanitaire © Maxppp - MARQUET Frédéric

Les écoles de conduite en France n’ont pas le moral, malgré la reprise le 8 juin des examens du permis de conduire, après trois mois de suspension en raison de la crise sanitaire. En cause, des centres d’examens débordés et 350.000 candidats dans l'attente d'une nouvelle date de passage. 

Moins de candidats examinés par jour à cause des règles sanitaires 

Et cela ne devrait  pas s’arranger puisqu’en raison des nouvelles normes sanitaires, le nombre de candidats examinés par inspecteur passe de 13 à 11 par jour. Conséquence : les délais d’attente pour passer le permis de conduire pourraient s’allonger de trois à six mois. Une situation qui fragilise économiquement les auto-écoles, car sans examen "les écoles de conduite ne vont pas donner de leçons, donc l’activité va continuer à diminuer", s’inquiète Emmanuel Masson, gérant d’une école de conduite aux Herbiers et représentant régional du CNPA, le conseil national des professions de l’automobile, secteur éducation routière.

Emmanuel Masson gérant d’une auto-école aux Herbiers et représentant régional du CNPA, secteur éducation routière.
Emmanuel Masson gérant d’une auto-école aux Herbiers et représentant régional du CNPA, secteur éducation routière. -

Un « plan Marshall » du permis de conduire  

Pour éviter la casse, Emmanuel Masson, au nom du CNPA, appelle l’Etat à l’aide. "Il nous faut un plan Marshall, il faut que nos jeunes puissent passer le permis pour leur job d’été, leur employabilité. On propose par exemple que les inspecteurs retraités reviennent sur le terrain. Et puis, on nous dit que le permis est cher, alors pourquoi ne pas utiliser les comptes personnels de formation (CPF) ? Il y a plusieurs milliards d’euros qui dorment dans les caisses des organismes de formation. Les parents pourraient payer 80% du permis de leurs enfants avec le CPF."

Pour Emmanuel Masson, il est urgent d’agir. Selon le ministère de l’Intérieur, 15 à 30% des auto-écoles en France pourraient mettre la clef sous la porte en fin d’année. On compte 250 écoles de conduite en Loire Atlantique, 160 en Vendée.

La relance éco : le blues des auto-écoles

France Bleu Loire Océan est à vos côtés pour vous accompagner pendant la période de déconfinement. Chaque jour à 7h17, votre radio s'intéresse à une entreprise emblématique de notre région (fleuron industriel, club de sport, association, restaurant, etc.). Comment se porte-t-elle ? Quels enseignements tire-t-elle de cette pandémie de coronavirus ? Comment se projette-t-elle dans l’avenir ?

Choix de la station

À venir dansDanssecondess