Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La relance éco, France Bleu à l’heure du déconfinement

La relance éco : "Entre 15 et 20% des restaurateurs azuréens préparent un dossier pour déposer le bilan"

-
Par , France Bleu Azur

Le président de la région PACA est venu à la rencontre de restaurateurs des Alpes-Maritimes ce lundi. 15 à 20% d'entre eux préparent un dossier pour déposer le bilan, selon l'union des métiers et des industries de l'hôtellerie (UMIH).

Terrasse de Restaurant (Photo d'illustration)
Terrasse de Restaurant (Photo d'illustration) © Radio France - Franck Daumas

Le secteur touristique en région Provence-Alpes-Côte d'Azur a évidemment beaucoup souffert du confinement. "Les pertes s'élèvent à environ 7 milliards sur 20 milliards, précise Renaud Muselier. Ce sont 7 milliards d'euros qui ne pourront jamais être rattrapés" ajoute le président de la région PACA venu rencontrer des restaurateurs ce lundi à Nice. Il se fixe un objectif : "Essayer de repartir avec le moins de casse possible". 

Un plan d'urgence, de solidarité et de relance d'1,4 milliards d'euros 

La région a débloqué depuis le 30 mars dernier 1,4 milliards d'euros, dont 290 millions destinés directement au département des Alpes-Maritimes. Cette somme sert à financer son plan d'urgence, de solidarité et de relance. Il regroupe différents dispositifs de soutien : 90 millions d'euros pour les professionnels du tourisme pour aider notamment les commerçants en difficulté financière à cause de la fermeture. Une campagne de publicité "On a tous besoin du Sud" a été lancée par le comité régional du tourisme. Le conseil régional soutient les communes qui exemptent les cafés, bars et restaurants de droits de terrasse et de redevance d'occupation pour au moins six mois. Une enveloppe de 3,5 millions d'euros est allouée à cette aide. 

Plus globalement la région a aidé 400.000 entreprises (tous secteurs confondus) à obtenir des prêts afin qu'elles puissent maintenir une trésorerie indique Renaud Muselier. "Ça représente 700 millions pour la région, c'est énormissime". 

Beaucoup de gros chiffres... À son niveau, France, gérante du restaurant Origines, rue Tonduti de l'Escarène a obtenu une aide au loyer de la Métropole de Nice, et un prêt de 8.000 euros à taux zéro, qu'elle remboursera à partir de l'année prochaine, une aide de la Région. "Il serait exagéré de dire qu'on aurait mis la clef sous la porte. On a ouvert il y a deux ans, notre restaurant était en pleine ascension. On a perdu plus que zéro avec la fermeture... Mais les charges elles, sont là. Le téléphone, l'électricité, l'eau, le gaz etc. C'était donc nécessaire pour se relancer". 

"Toute la profession niçoise, bar brasserie, on est entre 40 et 60% d'activité par rapport à d'habitude. Ce n'est pas assez ... Il nous faudrait 85% d'activité pour être rentables."

Mais la relance est progressive, selon Christophe Souques, vice-président des cafetiers restaurateurs et métier de la ville de Nice. "Toute la profession niçoise, bar brasserie, on est entre 40 et 60% d'activité par rapport à d'habitude. Ce n'est pas assez ... Il nous faudrait 85% d'activité pour être rentables mais nous avons bon espoir pour juillet". Dominique Garcia tient plusieurs restaurants à Nice dont la Storia sur le cours Saleya, qui espèrent que toutes les frontières rouvriront vite et que les touristes reviendront rapidement sur la Côte d'Azur. "Toutes ces aides c'est beau, ils ont colmaté la brèche. Mais il n'y a pas de secret : ce qu'il faut ce sont pas des aides c'est de l'activité ..." 

"Entre 15 et 20% des restaurateurs dans les Alpes-Maritimes préparent un dossier pour déposer le bilan. C'est énorme !" 

Noël Ajouri, président des restaurateurs de l'union des métiers et des industries de l'hôtellerie (UMIH) dans les Alpes-Maritimes abonde dans son sens. Malheureusement ces aides ne suffisent pas. "De Cannes à Menton en passant par Mandelieu, beaucoup de restaurateurs rencontrent des difficulté. A Menton par exemple au port, ils ont déjà des difficultés. Vous ajoutez l'absence des touristes ... C'est compliqué. Entre 15 et 20% des restaurateurs dans les Alpes-Maritimes préparent un dossier pour déposer le bilan. C'est énorme !" 

"Ils nous donnent des briques pour monter un mur de crédits."

Noël Ajouri insiste : "Les aides ne sont pas des donations. C'est un prêt, merci bien sûr. Mais il ne faut pas oublier qu'ils nous donnent des briques pour monter un mur de crédits : une petite brique du département, une petite brique de la région, une grosse brique de l'Etat ... qu'il faut rembourser tôt ou tard", 

Fête des terrasses le 1er juillet 

La région Provence-Alpes-Côte d'Azur lance un événement pour donner un coup de pouce aux cafés, bars et restaurants : la fête des terrasses. Elle aura lieu le 1er juillet de 18h à minuit. L'opération sera renouvelée l'an prochain, en cas de succès.  

Par ailleurs, le comité régional du tourisme lancera une nouvelle campagne publicitaire fin août pour mettre en valeur la région PACA. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu