Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats
Dossier : La relance éco, France Bleu à l’heure du déconfinement

La relance éco : "L'avenir reste très incertain" selon le directeur de la marque Lip

-
Par , France Bleu Besançon

Chaque jour, France Bleu Besançon s'intéresse à un professionnel de Franche-Comté à l'heure du déconfinement. Ce vendredi 25 juin 2020, il s'agit du secteur de l'horlogerie avec la marque Lip et ses immortelles Himalaya, Dauphine, Marinier, Nautic Ski et autres Mach 2000.

Des montres de la marque Lip, Baselworld 2019, salon mondial de l'horlogerie
Des montres de la marque Lip, Baselworld 2019, salon mondial de l'horlogerie © Maxppp - Vincent VOEGTLIN

Pierre-Alain Bérard, le directeur de la marque horlogère Lip , est heureux de pouvoir refaire travailler aujourd'hui 80% de l'effectif de 115 salariés. Mais il n'est pas pour autant serein. Dès le lundi du confinement, 113 des 115 salariés de la maison SMB-Lip ont été mis en chômage partiel. "Nos clients ont fermé, se souvient Pierre-Alain Bérard. Nous n'avions plus aucun débouché. Et à la menace sanitaire s'est ajoutée la menace économique". 

Les pertes financières sont bel et bien réelles. "En 2019, explique le fils du PDG, notre chiffre d'affaires s'est élevé à 27 millions d'euros. Pour 2020, on évalue les pertes à 2,5 voire 3 millions d'euros". 

Le prêt garanti par l'Etat a sauvé l'entreprise

"Très clairement, ce qui a sauvé l'entreprise, poursuit le directeur de la marque, c'est le prêt garanti par l'Etat, couplé aux mesures de chômage partiel. C'est arrivé au bon moment" poursuit-il.  Deux semaines avant le déconfinement, 40% des salariés ont redémarré. On a remis en route les machines, remis en place le SAV (service après- vente) qui avait pris beaucoup de retard. Car nos fournisseurs eux-aussi étaient impactés. C'est une montée en puissance progressive.  Aujourd'hui, 80% de l'effectif retravaille". 

Mais la santé de l'entreprise horlogère reste "économiquement très fragile". "Nos commerciaux retournent chez les clients, précise Pierre-Alain Bérard. Mais quasi-uniquement en France". Car le premier client à l'export la marque Lip, c'est le Japon. "Au Japon, il n'y aura rien avant septembre-octobre, prévient le directeur de la marque. Donc à l’export, ça reste très compliqué. Il n'y a que la Belgique et l'Allemagne avec qui on retravaille". 

Un avenir encore incertain

Le tournant de l'après Covid chez Lip a été la réouverture des magasins. "Ça a été un vrai soulagement. Mais c'est très récent. Ça redémarre très lentement mais ça redémarre c'est vrai. Mais, il y a encore la crainte d'un effondrement économique, d'une deuxième vague et d'un reconfinement". L'avenir est très incertain" reconnaît Pierre-Alain Bérard.

Le directeur de la marque Lip espère néanmoins retrouver 100% de son personnel à la rentrée de septembre. "Actuellement, on a encore des salariés qui sont chez eux parce que leurs enfants n'ont pas repris l'école. L'objectif c'est que tout le monde soit de retour après le 15 août, voire début septembre. Je vous assure que voir les ateliers vides, pendant le confinement, a été quelque chose d'effrayant" conclut Pierre-Adrien Bérard.

Retrouvez la chronique "La relance éco" à 7h17 tous les jours sur France Bleu Besançon.

France Bleu Besançon est à vos côtés pour vous accompagner pendant  la période de déconfinement. Chaque jour à 7h17, votre radio s'intéresse  à une  entreprise ou une filière emblématique de notre région (fleuron  industriel, club de sport, association, restaurant, etc.). Comment  se  porte-t-elle ? Quels enseignements tire-t-elle de cette pandémie de  coronavirus ? Comment se projette-t-elle dans l’avenir ?

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu