Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco

La relance éco : l'entreprise de chaufferie et d'hydrauliques Tigr ne s'est pas arrêtée de produire

-
Par , France Bleu Creuse

Le confinement n'a pas eu de gros impact pour Tigr, qui produit notamment des chaufferies à Saint-Maurice-La-Souterraine. Son site creusois est resté ouvert, grâce à un carnet de commande "bien rempli", mais depuis le déconfinement, la trésorerie pâtit du report de nombreux chantiers.

Tigr possède trois sites, dont le principal est en Creuse
Tigr possède trois sites, dont le principal est en Creuse © Radio France

La période de confinement n'a pas été synonyme de fermeture pour l'entreprise Tigr, spécialisée notamment dans la fabrication de chaufferies destinées au chauffage collectif, aux bureaux ou encore aux usines, partout en France et en Suisse. Basée à Saint-Maurice-La-Souterraine, la société souffre en revanche du report des chantiers depuis que la France est déconfinée. 

Le site creusois est le plus important de l'entreprise Tigr, qui compte 45 salariés et possède également des locaux en Haute-Vienne et en Dordogne. "On avait la chance d'avoir un carnet de commande bien rempli, et un stock de matériel suffisant pour fabriquer", explique Jimmy Brognara, le gérant de la société. Seule difficulté pour lui au moment du confinement : la précipitation dans laquelle il a fallu organiser les mesures sanitaires pour permettre aux salariés de travailler dans les meilleures conditions, "notamment dans les services administratifs", précise-t-il. 

Arrêt des chantiers 

Avec l'arrêt des chantiers, les uns derrières les autres, Tigr a été obligé de financer le stockage du matériel en attendant des livraisons ultérieures. Pas de livraison, donc pas de facturation pour la société, qui a aussi perdu environ 10% de ses salariés pendant le confinement, majoritairement arrêtés pour garde d'enfants. 

Toujours impactée par les retards pris sur les chantiers, le gérant de la société est tout de même serein pour la suite : "l'année 2020 ne sera pas terrible, c'est sûr, mais elle ne sera pas catastrophique non plus. On devrait réussir à rattraper notre retard en 2021", se rassure Jimmy Brognara. 

Jimmy Brognara, gérant de l'entreprise Tigr

Choix de la station

À venir dansDanssecondess