Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La relance éco : "Il n'y a pas plus de danger à aller voir un spectacle qu'à manger au restaurant"

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Chaque jour France Bleu Alsace s’intéresse à une entreprise emblématique de notre région. Ce jeudi, TSE, une entreprise liée au spectacle et à l'événementiel à Habsheim (Haut-Rhin) qui emploie 40 personnes et 250 intermittents du spectacle.

Les salles de spectacles ont besoin de retrouver leur public (photo d'illustration)
Les salles de spectacles ont besoin de retrouver leur public (photo d'illustration) © Radio France - Alexandre Czuczman

La société TSE, Technique spectacle Événement est fortement impacté depuis le début de la crise sanitaire. L’entreprise, installée à Habsheim près de Mulhouse (Haut-Rhin), emploie une quarantaine de salariés et collabore avec environ 250 intermittents du spectacle. TSE n'a retrouvé cet été qu’environ 20% de son activité d’avant la crise, car beaucoup de manifestations et la plupart des festivals ont été annulés. 

Son créateur et dirigeant Jérôme Bigeard attend un message clair des pouvoirs publics pour redonner confiance aux organisateurs de spectacles et relancer cet important secteur économique qu'est la culture. "Ce qui manque, c'est de la clarté dans le message gouvernemental. On voit aujourd'hui des lieux qui peuvent jouer avec 9 000 personnes par soir. On voit inversement des foires qui sont annulées. A un moment, on ne peut pas avoir un message clair et un top départ pour qu'on puisse à nouveau réorganiser."

La culture est un secteur d'activité plus important que le luxe ou l'automobile

Jérome Bigeard regrette que la culture soit oubliée par le gouvernement. Conséquence : certains organisateurs sont obligés d'annuler des événements ou spectacles dès septembre par faute de billets vendus. "Il faut qu'on sache que le spectacle est possible et il n'y a pas plus de danger que d'aller manger au restaurant, prendre un transport en commun ou se promener dans la rue".

Il rappelle que la culture est un secteur d'activité plus important que le luxe ou l'automobile. "_C'est le troisième employeur européen donc, on a besoin de cette culture à la fois pour l'économie, mais également pour ce lien social indispensabl_e".

On demande simplement de pouvoir retravailler

Il sait bien que les gens doivent reprendre confiance et que les débuts seront sans doute difficiles. "Évidemment, les premiers spectacles, la salle sera peut être aux deux tiers vides. Après, les gens diront que ça s'est bien passé et la salle sera à moitié vide. Et après, la salle sera aux deux tiers plein. On va réenclencher un cycle positif par rapport aux spectacles".

Retrouvez la chronique "la relance éco" à 7h15.

France Bleu Alsace est à vos côtés pour vous accompagner pendant la période de déconfinement. Chaque jour à 7h17, votre radio s'intéresse à une entreprise emblématique de notre région (fleuron industriel, club de sport, association, restaurant, etc.). Comment se porte-t-elle ? Quels enseignements tire-t-elle de cette pandémie de coronavirus ? Comment se  projette-t-elle dans l'avenir ?

Choix de la station

À venir dansDanssecondess