Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La relance éco, France Bleu à l’heure du déconfinement

"La Relance Éco" : La CCI de l'Indre s'attend à des PSE à la rentrée

-
Par , France Bleu Berry

Alors que l'activité reprend progressivement, la CCI de l'Indre s'inquiète des carnets de commande restés vides dans l'industrie et craint pour son propre fonctionnement.

Jérôme Gernais, président de la CCI de l'Indre
Jérôme Gernais, président de la CCI de l'Indre © Radio France - Gaëlle Fontenit

Durant deux mois et demi, la Chambre de commerce et d'industrie de l'Indre a accompagné au quotidien les entreprises, artisans et commerçants indriens : "Nous avons eu beaucoup d'appels au début du confinement, beaucoup de questions. Ca a bien ralenti maintenant, mais nous restons vigilants" explique Jérôme Gernais, le président de la chambre dans l'Indre. 

Si pour les commerces et les restaurants, ses inquiétudes sont modérées, il n'en est pas de même pour l'industrie : " Pour les commerçants, cela va repartir ! Cela va prendre plusieurs mois, mais on va continuer à s'habiller, se nourrir... Pour autant, c'est certain qu'il y a eu des dépenses pour rouvrir et que cela ne va pas repartir tout de suite. Et ce qui n'a pas été fait en chiffre d'affaires pendant deux mois ne se rattrape pas. Mais pour l'aéronautique, l'automobile... c'est encore plus inquiétant. Les carnets de commande d'avant la covid  sont épuisés. Et on sait très bien qu'en ce moment, il n'y a pas de commandes qui entrent. On entre en pleine crise et cela va durer". 

En plus des fleurons de l'industrie indrienne, la CCI craint beaucoup pour les sous traitants et partenaires économiques qui vivent parfois quasi exclusivement de ces contrats avec une ou deux maisons. La CCI s'attend à de nombreux plans sociaux à la rentrée. 

Des craintes pour la CCI elle-même

Au delà de tout ce paysage économique indrien, la CCI elle-même est en détresse. Pendant deux mois et demi, elle n'a pas pu proposer de formations, qui sont pourtant le gros de son activité. "Si l'économie va mal, on ne va pas prendre d'apprenti. Nous avions proposé, avec la Chambre des métiers, que la première année soit blanche pour le maître d'apprentissage. Ce sont des formations qui durent 3 ou 4 ans et qui coûtent cher. C'était donc une façon de prendre le temps, pour retrouver un niveau d'activité correcte et pouvoir ensuite conserver ces jeunes.

En attendant, la CCI maintient active sa cellule d'écoute pour les chefs d'entreprise en grande détresse économique et psychologique. Elle suit ainsi plusieurs personnes dans le département.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu