Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La relance éco, France Bleu à l’heure du déconfinement

La Relance Eco: La conserverie des Mille Sources à Bourganeuf

-
Par , France Bleu Creuse

A Bourganeuf la conserverie des Mille Sources sort 300.000 bocaux par an. Des produits locaux ou d'origine France qui se vendent jusqu'en Australie. On pousse la porte pour voir comment cette PME de 7 salariés traverse cette crise sanitaire.

Pascal Valadeau, le patron de la conserverie des Mille Sources
Pascal Valadeau, le patron de la conserverie des Mille Sources © Radio France - Olivier Estran

C'est un bâtiment un peu discret, entre le centre ville et la route qui mène vers Limoges. Dans cette fabrique qui emploie 7 personnes, ("7,2 car nous avons aussi un temps partiel" précise le patron Pascal Valadeau ), on transforme des produits locaux ou d'origine France pour en faire des plats cuisinés destinés aux épiceries fines.

On trouve par exemple du bœuf Limousin aux châtaignes, des flageolets ou même des pâtisseries comme ce gâteau aux myrtilles de la Creuse.

Pascal Valadeau, comment avez vous traversé cette crise sanitaire ?

"Pas trop mal, on a du s'arrêter durant une semaine, mais cela aurait pu être pire. On a réussi pendant cette période de confinement a maintenir toutes les équipes, on a fait des productions pour notre magasin de vente directe, mais aussi pour tous nos clients (épiciers, bouchers, restaurateurs et même des grandes surfaces en Creuse). Donc c'est plutôt pas mal.

Y 'a t'il des conséquences pour l'entreprise ?

"On a embauché une personne en début d'année, on devait en recruter une deuxième ce printemps, le Covid a tout remis en cause, mais c'est reculer pour mieux sauter. Cette embauche devrait se faire à la fin de l'année ou en début d'année prochaine"

Est ce que vous travaillez différemment ?

"On a tous adopté le masque de protection et la charlotte sur la tête, mais comme on travaille dans l'alimentaire, on avait déjà l'habitude."

La production a maintenant un rythme normal ?

"On sent que nos clients reviennent et que les grossistes remettent des produits en magasin. On vend dans toute la France, plutôt dans les magasins de détail, mais aussi a des sociétés d'export qui nous expédient jusqu'en Australie ou au Japon !"

Cette crise sanitaire change quelque chose pour vous ?

"En restant à la maison, les gens ont eu plus de temps pour cuisiner et se sont tournés vers les produits frais plutôt que vers les bocaux. Mais il ya une tendance à consommer local et français. Ce sont nos arguments de vente. On fait un produit "comme chez soi", c'est quelque chose qui a le vent en poupe en ce moment.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu