Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Météo France maintient 13 départements en vigilance rouge canicule, les orages arrivent par l'ouest
Dossier : La relance éco, France Bleu à l’heure du déconfinement

La relance éco : la maison Piganiol ouvre ses portes au public à Aurillac

-
Par France Bleu Pays d'Auvergne

Découvrir la fabrication d'un parapluie de A à Z, c'est désormais possible dans les ateliers de la maison Piganiol à Aurillac ! L'entreprise, véritable institution des parapluies en Auvergne, accueille pour la première fois le public du 15 au 24 juillet.

Les ateliers sont ouverts au public jusqu'au 24 juillet
Les ateliers sont ouverts au public jusqu'au 24 juillet - © Maison Piganiol

L'entreprise existe depuis 136 ans et n'avait jamais fermé, même en temps de guerre. Mais cette année, même si elle s'est adaptée à la crise sanitaire et a conçu des masques et des blouses, la manufacture a dû fermer dix jours et a perdu près de 50% de son chiffre d'affaires. Pour pallier les difficultés financières et relancer le tourisme local, la maison Piganiol ouvre pour la première fois ses portes au public du 15 au 24 juillet. Mais dans le respect des règles sanitaires : port du masque obligatoire et une limitation à 10 personnes par visite.

Malgré la crise du coronavirus, l'idée d'accueillir le public avait déjà mûri dans la tête du directeur général Mathieu Piganiol. "Le Covid a mis en exergue le fait qu'on a besoin d'industries en France. Nous nous sommes rendus utiles en confectionnant des blouses et des masques. Maintenant, les gens sont curieux de voir qui a fabriqué ça et comment on l'a fait."

Toute une organisation

Chaque visite dure environ 45 minutes. On y découvre l'histoire du parapluie, sa confection, ainsi que la fabrication de l'iconique parapluie de berger. Elles sont guidées par les cadres de l'entreprise au coeur des ateliers. Toute une organisation pour Mathieu Piganiol et ses 28 salariés. "Nous avons déplacé certaines machines pour être à proximité des visiteurs, en gardant tout de même la distanciation d'un mètre. Si je pérennise cette opération, on formera d'autres personnes pour assurer la visite. J'espère qu'on pourra la renouveler l'année prochaine." 

Si la manufacture ouvre au public, c'est aussi pour combler le manque à gagner dû à la crise sanitaire. La maison Piganiol ne peut plus vendre à l'étranger. "Si on va de confinement en confinement, ce sera très compliqué pour l'industrie. Économiquement on pourra pas subsister." D'où l'importance de valoriser son image et inviter les consommateurs à acheter local. 

Montrer le savoir-faire local

Mathieu Piganiol imagine même travailler avec d'autres sociétés du département. "L'idée serait de faire un petit circuit de tourisme où les gens, sur deux ou trois jours, peuvent visiter plusieurs entreprises. J'aimerais bien qu'on me rejoigne dans cette démarche et qu'on arrive à construire collectivement quelque chose de positif. L'objectif est de montrer au public notre savoir-faire" La maison Piganiol est labellisée Entreprise du Patrimoine Vivant. Aujourd'hui, les manufactures de parapluies en France se comptent sur les doigts de la main. Alors le directeur a un dernier mot à dire : "Pensez à nous, le jour où il pleut, et achetez français pour soutenir l'industrie et les emplois."

Pour les intéressés, dépêchez-vous, il ne vous reste plus que deux jours ! Les visites se font sur réservation sur le site piganiol.fr. Comptez 10€ par personne, 6€ pour les 10-16 ans. Gratuit pour les moins de 10 ans. 

Emma Saulzet

Choix de la station

À venir dansDanssecondess