Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

La "relance éco" : la région Bretagne au chevet du tourisme

-
Par , France Bleu Armorique

Le président de la région Bretagne, Loïg Chesnais-Girard, a rencontré l'ensemble du tourisme local ce jeudi 25 juin. Accompagné d'élus, il est venu soutenir un secteur largement éprouvé par la crise sanitaire et qui représente 8% de l'activité de la région ainsi que 58 000 emplois.

Loïg Chesnais-Girard, le président de la région Bretagne, ce jeudi 25 juin 2020, au Domaine des Ormes (Ille-et-Vilaine).
Loïg Chesnais-Girard, le président de la région Bretagne, ce jeudi 25 juin 2020, au Domaine des Ormes (Ille-et-Vilaine). © Radio France - Valentin Belleville

Alors que la crise sanitaire semble derrière nous, la Bretagne se prépare à relancer son tourisme. C'est l'un des secteurs économiques les plus importants de la région puisque l'industrie touristique représente 8% de l'activité bretonne. En tout, quelque 58 000 emplois sont liés à la filière tourisme en Bretagne. Le secteur a été largement touché par les conséquences de la crise sanitaire et la région joue gros. Ce jeudi 25 juin aux Domaines des Ormes, à Dol de Bretagne (Ille-et-Vilaine), Loïg Chesnais-Girard, le président de la Région a réuni les acteurs touristiques locaux, une manière de leur renouveler son soutien.

"Se serrer les coudes" et "relancer la machine", c'est le message qu'est venu porter Loïg Chesnais-Girard devant les acteurs de l'industrie touristique. L'objectif affiché est clair : montrer que la région est pleinement consciente de la crise économique et sociale qui est en train de frapper de plein fouet l'industrie touristique bretonne. La crise a frappé fort et au pire moment.

Les acteurs touristiques brétiliens comptent sur le soleil de la plage du Sillon à Saint-Malo cet été pour attirer les clients.
Les acteurs touristiques brétiliens comptent sur le soleil de la plage du Sillon à Saint-Malo cet été pour attirer les clients. © Radio France - Valentin Belleville

L'espoir d'une bonne saison touristique

"C'est de la chirurgie de guerre, certaines entreprises sont robustes mais souffrent beaucoup, d'autres vivent des moments très compliqués et nous sommes là pour elles. Mais nous avons aussi la volonté de regarder loin parce qu'il y a un bel avenir pour le tourisme en Bretagne", insiste Loïg Chesnais-Girard.

Le domaine des Ormes, à Dol-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine) va perdre un tiers de son chiffre d'affaires annuel à cause de la crise sanitaire cette année.
Le domaine des Ormes, à Dol-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine) va perdre un tiers de son chiffre d'affaires annuel à cause de la crise sanitaire cette année. © Radio France - Valentin Belleville

Pour relancer le tourisme, Loïg Chesnais-Girard invite à découvrir "les Bretagne" cet été : "La Bretagne d'Ille-et-Vilaine n'est pas celle du Finistère". L'objectif de la région est de capitaliser sur la marque Bretagne, notamment auprès des touristes français :"C'est un très beau lieu de vie, on a des entrepreneurs qui relèvent leurs manches, des associations qui tissent un lien social très puissant, cultivons cela et travaillons à notre avenir ensemble sans oublier qu'il y a des moments difficiles", ajoute le président de région.

Ces moments difficiles, les acteurs du tourisme en savent quelque chose. C'est le cas d'Arnaud de la Chesnais, le directeur du Domaine des Ormes, à Dol-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine). Son chiffre d'affaires 2020 ne dépassera pas le tiers de ce qu'il fait habituellement, autour de 14 millions d'euros :"On va faire en sorte que le trou soit le moins grand possible à la fin. On va redémarrer l'hiver, avec des courts séjours, des weekends et les vacances scolaires".

Cette année, chacun va essayer de faire durer autant que possible la saison. L'une des rares solutions qui permettront de limiter la casse et ainsi d'éviter des licenciements cet hiver.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu