Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La relance éco : la reprise du Top 14 avec un quota de spectateurs à La Rochelle ?

-
Par , France Bleu La Rochelle

Relance économique difficile pour les clubs de Top 14 et de Pro D2. Si la saison doit reprendre le 4 et le 5 septembre, l'indécision plane toujours sur le nombre de spectateurs qui pourront assister au match. Cela pose un gros problème économique aux clubs charentais.

Stade Marcel Deflandre à La Rochelle
Stade Marcel Deflandre à La Rochelle © Radio France - Gérald Paris

Le Stade Rochelais en Top 14 ou même Soyaux Angoulême en Pro D2, sont deux clubs qui reposent leur budget sur de l'économie réelle. Pierre Venayre, le directeur général du Stade Rochelais estime que  "60 à 70% du budget du club de La Rochelle provient de la billetterie, et des différentes recettes possibles autour d'un match, avec la buvette." 

Pas de grand mécène, ou grand patron comme à Montpellier, ou encore le Racing

Le Stade Toulousain est dans la même position que La Rochelle, tributaire des revenus qu'un match peut générer avec son public. Le président de Toulouse estime d'ailleurs que son club ne pourrait pas survivre financièrement à plus de 40 jours avec des matchs à huis clos.

Le Stade Rochelais travaille sur plusieurs scénarios de remplissage du stade

L’inquiétude est là, mêlée à l'impatience de pouvoir reprendre le fil d'une nouvelle saison. Mais pour Pierre Venayre, si l'envie de voir revivre un stade avec tous ces spectateurs est très forte, avec une situation sanitaire évolutive à cause du Coronavirus, le directeur général précise surtout que le club travaille sur plusieurs scénarios. Le plus probable à ce jour, même si un conseil de défense devrait pouvoir nous éclairer un peu plus cette semaine, l'hypothèse de travail est un stade plein au tiers à Marcel Deflandre. 5000 personnes, tout au plus, avec port du masque obligatoire.

Vincent Merling, président du Stade Rochelais, et Pierre Venayre, directeur général du Stade Rochelais, La Rochelle, rugby, Top 14
Vincent Merling, président du Stade Rochelais, et Pierre Venayre, directeur général du Stade Rochelais, La Rochelle, rugby, Top 14 © Radio France - Nicolas Blanzat

En l'absence de garantie, les abonnés du Stade Rochelais sont tout de même revenus à plus de 60% reprendre une nouvelle carte d'abonnement pour la saison à venir. Pour, Laurent Leplomb, le président d'un des clubs de supporters "Agir avec le 15 Rochelais" :

"C'est simple, c'est une forme de soutien pour le club. C'est symbolique, on se doit d'être là dans ces moments difficiles, se serrer les coudes. C'est sur qu'il n'y a aucune certitude pour l'avenir, on ne sait pas véritablement si l'on pourra tous aller au stade. Mais le club nous a déjà confirmé, que l'abonné se fera rembourser son match, s'il n'a pas été possible de venir à Marcel Deflandre à cause du virus." 

Un stade rempli au tiers, avec un système de rotation pour les abonnés

Pour Pierre Venayre, le directeur général du Stade Rochelais, "il se pourrait qu'en cas de jauge à 5000 maximum pour les spectateurs, un système de rotation soit instauré pour permettre aux abonnés d'assister à tour de rôle aux rencontres. C'est pas l'idéal, mais dans les mois à venir, on sent bien qu'on ne va pas vivre non plus une saison tout à fait normale."

La venue de Toulon à Marcel deflandre le 5 septembre à 15 heures 15 devrait être synonyme de joie pour les supporters. La crise du Coronavirus et la contrainte de la distanciation entre les personnes risque bien de gâcher un peu la fête.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess