Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La relance éco : Le Vauban et le Petit Train de Besançon sauvés par les touristes locaux

-
Par , France Bleu Besançon

Chaque jour, France Bleu Besançon s'intéresse à une entreprise ou à une filière économique de la Franche-Comté à l'heure du déconfinement. Ce vendredi 14 août, il s'agit de Bateau et Petit Train de Besançon. Durant l'été, la société a bénéficié d'un afflux inédit de touristes locaux.

Le Vauban part du pont de la République et passe sous la Citadelle via un canal souterrain de 375 mètres.
Le Vauban part du pont de la République et passe sous la Citadelle via un canal souterrain de 375 mètres. © Radio France - Amaëlle Brignoli

L'un navigue sur la boucle du Doubs, tandis que l'autre arpente la vieille ville. Le Vauban et le Petit Train sont deux attractions touristiques qui permettent de découvrir l'histoire et le patrimoine de Besançon. 

C'est en 1983 que le premier bateau touristique prend ses marques à Besançon, bateau qui deviendra douze ans plus tard Le Vauban que l'on connaît aujourd'hui. Le Petit Train, lui, fait son apparition en 1995. 

Depuis, les deux activités sont très prisées chaque été, notamment par les touristes étrangers. Mais cette année, la compagnie Bateau et Petit Train de Besançon a dû stopper ces activités en raison du confinement lié à la crise du coronavirus. Ce n'est que le 11 juillet que le Vauban et le Petit Train se sont remis à circuler sur les eaux et les voies de Besançon.

Un bilan mitigé

Pour autant, le bilan de la saison estivale, dressé un mois après la reprise, n'est pas catastrophique. "Je dirai que c'est un bilan mitigé, avec le début de saison qui a été forcément impacté. Mais depuis qu'on a pu reprendre, on sent l'envie des locaux de venir découvrir ou redécouvrir Besançon", souligne Tiffany Droz-Bartholet, responsable d'exploitation de Bateaux et Petit Train de Besançon. 

La fréquentation est en forte baisse, en comparaison avec la saison estivale de l'année dernière. Un phénomène qui s'explique par la reprise tardive des activités. Mais aussi par la perte des touristes étrangers, qui constituent 40% de la clientèle en temps normal. "Il y a aussi notre clientèle de groupe qui a beaucoup annulé, et ce jusqu'à la fin de la saison", déplore la fille du fondateur de la Compagnie Droz-Bartholet, Christophe. Ne reste plus que la clientèle familiale, qui a l'habitude de venir à cette période-là de l'année. 

On garde des séquelles de cette crise. Ça va être une année compliquée dans tous les cas - Tiffany Droz-Bartholet 

Un afflux inédit des locaux

Mais pour autant, Tiffany Droz-Bartholet positive. "Ça s'est mieux passé que ce à quoi on s'attendait, déclare-t-elle. On voit que les personnes veulent faire des sorties. Et c'est vrai qu'on a la chance de proposer des activités en plein air, que Le Vauban ait un pont supérieur, et que le Petit Train soit ouvert".  

Une embellie qui s'explique par un afflux inédit de touristes locaux, selon elle. "C'est vraiment différent des autres années, souligne la responsable d'exploitation. On ressent d'abord les Bisontins qui réalisent qu'ils ne connaissent pas si bien leur ville que ça. Puis des touristes venus des villages alentours. Et aussi au niveau régional, avec beaucoup de personnes de Bourgogne qui viennent découvrir la Franche-Comté." 

Pour elle, ce nouvel attrait des locaux pour l'histoire et le patrimoine de Besançon s'explique en partie par les campagnes de communication menées par le département et la région. Mais elle retient surtout une chose : "Les locaux tiennent à soutenir les commerces et les activités locales. Ce qui nous touche énormément", dit la jeune femme de 26 ans en souriant.

Retrouvez la chronique "La relance éco" à 7h17 tous les jours sur France Bleu Besançon

France Bleu Besançon est à vos côtés pour vous accompagner pendant la période de déconfinement. Chaque jour à 7h17, votre radio s'intéresse à une entreprise emblématique de notre région (fleuron industriel, club de sport, association, restaurant, etc.). Comment se porte-t-elle ? Quels enseignements tire-t-elle de cette pandémie de coronavirus ? Comment se projette-t-elle dans l’avenir ? 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess