Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La relance éco : le boom de l'immobilier à Rennes

-
Par , France Bleu Armorique

Le marché de l'immobilier est en hausse depuis le déconfinement. Rennes profite d'un dynamisme économique grâce, notamment, à l'arrivée de la LGV et, bientôt, de la deuxième ligne de métro. Malgré la venue d'acquéreurs parisiens, les professionnels de l'immobilier n'observe aucune spéculation.

Pour le notaire François-Eric Paulet, les acquéreurs cherchent des résidences principales et non des résidences secondaires ou destinées à de la location.
Pour le notaire François-Eric Paulet, les acquéreurs cherchent des résidences principales et non des résidences secondaires ou destinées à de la location. © Radio France - Maxime Glorieux

À Rennes, les prix sont en hausse sur les vitrines des agences immobilières : 13% d'augmentation sur les maisons en un an, plus de 55% en dix ans pour les appartements. S'il existe un effet d'achats après le déconfinement, cette tendance s'explique plus largement par un changement d'image de la ville de Rennes.

Une plateforme économique

Selon Franck Maussion, le président breton de la Fédération Nationale de l'Immobilier, Rennes devient beaucoup plus qu'une ville étudiante :  "Avec l'arrivée de la LGV et de la deuxième ligne de métro, elle gagne un dynamisme économique : on sait qu'il y a des start-up, des entreprises qui progressent, EuroRennes, avec des sièges, comme Yves Rocher."

Il existe un risque de saturation de la demande, notamment avec l'arrivée d'acquéreurs franciliens et parisiens. La LGV et le développement du télétravail réduisent les distances. "On se retrouve avec des clients qui ont des niveaux de revenus supérieurs, explique François-Eric Paulet de la Chambre des Notaires d'Ille-et-Vilaine. Dans ce cas, ce qui parait cher pour des Rennais le sera moins pour des Franciliens ou des Parisiens. "  

Des achats de plus en plus rapides

"Depuis le déconfinement, les acquéreurs se décident et se manifestent plus rapidement qu'avant, et paradoxalement ils se rétractent aussi beaucoup moins. Quand leurs décisions sont prises, elles sont mûrement réfléchies, certainement parce qu'il y a une rareté du produit." Le notaire observe également un changement de profil : 76% des acquisitions concernent un déménagement de résidence principale. "Ils cherchent davantage du confort dans leur résidence principale plutôt que de se porter sur de l'investissement locatif ou même de résidence secondaire."  

François-Eric Paulet ne constate donc aucune spéculation pour l'instant dans l'immobilier rennais, surtout avec des taux bancaires à la hausse au déconfinement. "Quasiment 70% des confrères bretons ont observé une augmentation des taux et un durcissement des banques dans les conditions d'octroi. Elles exigent davantage d'apports qu'elles n'exigeaient jusqu'à présent." Les taux des crédits immobiliers ont déjà commencé à baisser fin juillet, toutes catégories confondues.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess