Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La relance éco : le cinéma des Carmes déserté par son public

-
Par , France Bleu Orléans

Le cinéma d'art et essai Les Carmes à Orléans a rouvert ses portes le 22 juin. Depuis, les habitués sont revenus timidement et le public occasionnel se déplace moins qu'avant. Au total, le cinéma a perdu plus de la moitié de son public. Pourtant, le 12 août, il a ouvert une nouvelle salle.

Le cinéma des Carmes a perdu 40% de sa clientèle
Le cinéma des Carmes a perdu 40% de sa clientèle © Radio France - Cécile Da Costa

Le cinéma d'art et essai Les Carmes a rouvert le 22 juin. Mais pour Michel Ferry, le directeur de l'établissement, le report de la sortie de certains films est un problème. "Comme ce sont les films qui font venir le public, et que nous avons moins de films qui attirent les gens, nous avons une fréquentation prudente depuis la réouverture." Au total, le cinéma fait face à une baisse de fréquentation de 40% depuis la fin juin.

A l'échelle nationale, la tendance est la même. Les cinémas enregistrent en moyenne un million d'entrées par semaine au lieu de quatre millions habituellement.

Une nouvelle salle

Malgré ces chiffres, le cinéma Les Carmes a ouvert sa quatrième salle au public le 12 août dernier. Les travaux avaient coûté près de 300 000 euros, une somme conséquente qu'il va falloir rentabiliser. "Cette salle nous donne l'occasion de programmer plus de films, c'était le but du jeu", explique Michel Ferry. "Donc si nous avons une offre plus large, ça devrait attirer plus de monde."

Heureusement, les habitués des Carmes sont rapidement revenus. Mais l'inquiétude liée au coronavirus décourage certains spectateurs, même si les locaux sont régulièrement désinfectés. 

Le port du masque facultatif

"Certains clients ne viennent pas parce qu'ils pensent que le masque est obligatoire en salle, et d'autres ne viennent pas parce qu'ils voudraient qu'il soit obligatoire", relève le directeur. Pour rappel, le masque y est obligatoire pour circuler dans l'établissement, mais pas lors du visionnage du film. "Après, les spectateurs peuvent le garder s'ils le désirent."

La crainte des risques sanitaires n'est pas la seule cause de cette baisse de fréquentation. Le confinement a aussi changé les habitudes des spectateurs qui se sont largement tournés vers les plateformes numériques et la télévision pour regarder leurs films. Pour le directeur des Carmes il s'agit donc de se réinventer pour attirer à nouveau du public

Choix de la station

À venir dansDanssecondess