Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La relance éco : le groupe Carrières du Boulonnais reprend progressivement ses activités

-
Par , France Bleu Nord

Le groupe Carrières du Boulonnais reprend progressivement ses activités. Il en a trois : le béton prêt à l'emploi, les granulat et les produits réfractaires.

Le groupe Carrières du Boulonnais reprend ses activités progressivement (photo d'illustration)
Le groupe Carrières du Boulonnais reprend ses activités progressivement (photo d'illustration) © Maxppp - Vincent Isore

Le groupe Carrières du Boulonnais (CB), basé à Leulinghen-Bernes, près de Ferques (Pas-de-Calais) où il a sa carrière relance progressivement ses activités.

Le groupe qui emploie un total de 630 salariés a en effet trois métiers : le béton prêt à l’emploi, les granulats et enfin les produits réfractaires avec la société Terres réfractaires du Boulonnais (TRB) basée à Nesles près d’Hardelot. 

Le chantier du Grand Paris

Pour ce qui est du béton prêt à l’emploi tout s’est arrêté du jour au lendemain, avec le confinement, et puis a repris progressivement en fonction des demandes des clients, mais cette activité ne tourne qu’à 60% de la normale. 

Pour ce qui est des granulats, le groupe CB a deux types de clients : l’industrie qui a continué de fonctionner mais s’est ralentie en décalage et le BTP.

Dans le BTP pour qui tout s’est arrêté du jour au lendemain, notamment les chantiers liés au Grand Paris. Le groupe Carrières du Boulonnais doit fournir les granulats nécessaires à la construction des tunnels des 200 km de lignes de métro supplémentaires prévus dans ce projet.  

Cela représentait tout de même 35 trains par semaine pour le Grand Paris qui partaient de la carrière de Ferques avec sept trains par jour. Cela vient tout juste de redémarrer et tout doucement avec un train quotidiennement. 

Cette activité granulats fonctionne aujourd’hui à 60% de son rythme habituel, c’est moins que ce que le groupe espérait. 

Les terres réfractaires

Les terres réfractaires sont également destinées à l’industrie, notamment pour les hauts fourneaux. Cette activité  s’est ralentie en décalage. Mais Terres réfractaires du Boulonnais est moins touchée car elle exporte beaucoup notamment vers la Scandinavie, la Russie ou l’Ukraine où l'activité ralentie aussi mais dans une moindre mesure et de manière moins violente. 

Le groupe Carrières du Boulonnais  a d’ores et déjà décidé de limiter ses investissements qui se montent habituellement entre sept et dix millions d’euros par an. Il pense même ne pas faire sept millions cette année. Il va attendre un peu pour remplacer certains outils, qui de toutes façons, ayant été moins sollicités avec la baisse d’activité, sont moins urgents à remplacer.

Chômage partiel 

Si la situation perdure la société craint de devoir recourir à plus de  chômage partiel. L’inquiétude pour Gilles Poulain directeur général du groupe, et qui représente la quatrième génération de la famille fondatrice, et qui dirige la société avec son frère Franck, c’est d’une part que les décisions de nouveaux chantiers de BTP ne reprennent pas de sitôt. 

Et puis que certains de ses clients entrent eux mêmes dans des difficultés économiques, ou que certaines activités soient délocalisées, comme celles des hauts fourneaux qui ont de la peine à reprendre en France, mais n’ont jamais cessé en Chine ou même en Turquie.

France Bleu Nord est à vos côtés pour vous accompagner pendant la période de déconfinement. Chaque jour à 7h15, votre radio s'intéresse à une entreprise emblématique de notre région (fleuron industriel, club de sport, association, restaurant, etc.). Comment se porte-t-elle ? Quels enseignements tire-t-elle de cette pandémie de coronavirus ? Comment se projette-t-elle dans l’avenir ?

Choix de la station

À venir dansDanssecondess