Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La relance éco, France Bleu à l’heure du déconfinement

"La Relance Éco" : le marché immobilier repart très très fort en Berry

-
Par , France Bleu Berry

Chaque jour, on va voir comment se passe le déconfinement dans nos entreprises. Gros plan sur le marché immobilier en Berry. Complètement à l'arrêt pendant le confinement, l'activité des agences immobilières a repris et les professionnels remarquent une frénésie des transactions immobilières.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Radio France - Aurélie Lagain

Comme partout, le confinement a marqué un gros coup d'arrêt pour les agences immobilières berrichonnes. "Plus de visites, plus de transactions, plus de locations, le marché complètement arrêté", se souvient Ludovic Dagois, président de la Fédération nationale de l'immobilier (FNAIM) pour la région Centre. 

Mais deux mois plus tard, à partir du 11 mai, date du début du déconfinement, l'activité est repartie sur les chapeaux de roues. "Le volume de transactions a augmenté. Il était très élevé en 2019, il était bon sur le premier trimestre, juste avant le confinement. Aujourd'hui, on est sur un volume de transactions quasiment frénétique", explique celui qui est aussi gérant de l'agence Adressimmo à Châteauroux.

Un véritable "effet confinement" sur les achats dans l'Indre et le Cher

Plusieurs dizaines de ventes sont déjà engagées en Berry, à l'issue du confinement. Voire même "probablement quelques petites centaines de ventes. Les compromis sont en train d'être signés, les baux sont en train d'être signés. Juin devrait être un mois assez historique pour les agences immobilières dans l'Indre et dans le Cher", s'enthousiasme-t-il.

Ludovic Dagois, président de la FNAIM en région Centre, invité de France Bleu Berry le 15 juin 2020.
Ludovic Dagois, président de la FNAIM en région Centre, invité de France Bleu Berry le 15 juin 2020. © Radio France - Emeline Ferry

Il y a donc bien eu un "effet confinement" avec notamment des Parisiens, des citadins qui envisagent de venir s'installer au vert en Berry. "Beaucoup de recherches sur Internet pour des biens à la campagne. Pour les Parisiens, Châteauroux et Bourges, c'est la campagne ! Même si pour nous, ça peut paraître un peu péjoratif. Mais en tout cas, on voit qu'il y a une multiplication des recherches sur Internet. Est-ce que cela va se concrétiser ? Est-ce qu'ils vont vraiment acheter chez nous ? Pour l'instant, c'est un peu tôt pour le dire", explique Ludovic Dagois.

Juin devrait être un mois assez historique pour les agences immobilières dans l'Indre et dans le Cher

La majorité des transactions sont faites par des Berrichons qui veulent rester dans le secteur, qui recherchent un bien plus grand à l'issue du confinement. "Ils ont eu deux mois pour réfléchir à leur projet, ils ont eu deux mois pour regarder sur Internet, très confortablement installés sur leur canapé, puisqu'ils ne pouvaient pas faire grand-chose d'autre. Sans doute deux mois à se dire qu'il manquait une chambre dans la maison, quand deux enfants étaient dans la même chambre. Deux mois à se dire aussi que l'absence d'une terrasse ou d'un balcon dans un appartement, c'est difficile à vivre, surtout qu'il a fait beau et chaud pendant le confinement. Et quand il fait 30°C et qu'on est enfermé dans son salon, effectivement ça donne quelques envies d'extérieur", poursuit-il.

Plusieurs dizaines, voire petites centaines de ventes, engagées en Berry

Le président de la FNAIM en région Centre explique que la plupart des transactions ont eu lieu "principalement en ville, sur Châteauroux et sur Bourges. Une de mes consoeurs sur Bourges vient de me dire qu'un bien à 320.000 euros s'était vendu en 48 heures. Ce sont des choses qu'on n'avait plus l'habitude de voir. Avant le confinement, on avait un marché qui était déjà assez tendu, c'est-à-dire que peu d'offres et un certain nombre de demandes. Aujourd'hui, on est toujours sur ce marché-là, et sans doute avec des délais de vente qui se sont raccourcis, compte tenu du nombre d'offres réduit", ajoute-t-il.

L'agent immobilier remarque également que les appartements ont moins la côte en ce moment en Berry. Une désaffection qui existait déjà, mais qui s'est accentuée avec le confinement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess