Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

"La relance éco" : Le Musée des transports de Pithiviers rallume sa locomotive

-
Par , France Bleu Orléans

Crise sanitaire oblige, le Musée des transports de Pithiviers n'a pu rouvrir ses portes au public que le 7 juin dernier, avec deux mois de retard donc. Un manque à gagner compensé par le soutien de ses visiteurs, notamment des familles.

Le Musée des transports de Pithiviers a rouvert ses portes au public le 7 juin dernier
Le Musée des transports de Pithiviers a rouvert ses portes au public le 7 juin dernier © Radio France - Mathilde Bouquerel

Une dizaine de visiteurs attendent patiemment leur tour à l'extérieur du Musée des transports de Pithiviers ce samedi après-midi. "Pour le départ du petit train, ce sera ici dans une demie-heure", explique Sébastien Deléfortrie, l'un des bénévoles derrière la caisse.

Une ouverture retardée

Crée en 1966 par l'Association du musée des transports de Pithiviers (AMTP), le site ouvre d'habitude à partir du mois d'avril. Mais cette année, crise sanitaire oblige, le musée n’a pu accueillir du public qu’à partir du 7 juin dernier

Les visiteurs, masqués, font la queue pour acheter leur ticket pour le musée et le petit train touristique
Les visiteurs, masqués, font la queue pour acheter leur ticket pour le musée et le petit train touristique © Radio France - Mathilde Bouquerel

Deux mois de manque à gagner pour l'association donc, qui ont creusé son budget, comme l'explique Sébastien Deléfortrie : "Par rapport à l'année précédente, il nous manque 2.400 voyageurs, soit un déficit de 20.000 euros en tout."

Pour compenser une partie de ces pertes, l’association a fait appel à ses visiteurs via la plateforme de crowdfunding Hello Asso et a pu ainsi collecter 1.500 euros. "On avait aussi plein d'objets dont on ne se servait pas", raconte Sébastien Deléfortrie, "On les a vendu pour environ 3.500 euros donc notre déficit n'est plus que de 15.000 euros maintenant ..."

Le succès du train touristique

Des pertes limitées donc, et un atout de taille pour le musée : son petit train touristique, à bord duquel les visiteurs peuvent monter pour une balade d'une heure.  D’ailleurs, il est 14h30, c’est le moment d'embarquer !

Le musée propose à ses visiteurs de monter à bord d'un train de collection, pour une balade d'une heure
Le musée propose à ses visiteurs de monter à bord d'un train de collection, pour une balade d'une heure © Radio France - Mathilde Bouquerel

Dans l’un des wagons, Benjamin a pris place avec sa fille, trois ans et un bras dans le plâtre. "Il n'y a pas beaucoup d’activités à faire avec une enfant plâtrée", confie-t-il, "Et puis moi je viens du Grand-Est et à Strasbourg il y a le musée du train donc j'étais curieux de voir celui-ci"

Pour Nicole et William, installés dans un autre wagon avec leurs deux petits-enfants, les wagons en bois font remonter des souvenirs. "Je les ai connu les trains comme ça", se souvient Nicole, "J'étais sur les genoux de ma mère, on est allés d'Etampes à Metz ... C'était toute une aventure !"

Des travaux de rénovation repoussés

Même avec 20.000 euros de déficit, le musée des transports n’est pas en danger car il reste une petite structure associative qui n’emploie aucun salarié. Mais ce manque à gagner devait servir à rénover une partie des trains de collection de l’association. Des travaux qui devront être repoussés.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess