Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La relance éco : en Île-de-France, les entreprises tâtonnent sur les modalités du télétravail

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Une réunion entre syndicats et patronat a lieu ce vendredi pour un "diagnostic partagé" sur le télétravail. En Île-de-France, certains salariés se disent "fatigués". Pour Stéphan Français, PDG de Thomson Computing, ce télétravail contraint s'est "bien passé".

Le télétravail s'est largement développé pendant le confinement.
Le télétravail s'est largement développé pendant le confinement. © Radio France - Claire Leys

Comment mieux encadrer le télétravail ? Une nouvelle réunion entre syndicats (CFDT, CGT, FO, CFE-CGC, CFTC) et patronat (Medef, CPME, U2P) pour un "diagnostic partagé" sur le télétravail a lieu ce vendredi. En attendant les premiers résultats, en Île-de-France, salariés et patrons, qui ont fait avec les moyens du bord, ne dressent pas nécessairement les mêmes constats sur cette longue période de confinement, qui a obligé des millions de salariés à travailler depuis chez eux, souvent sans équipement dédié. 

Une certaine fatigue engendrée pour les salariés

Comme les cherfs d'enreprise, les salariés ont dû s'adapter à ces nouvelles configurations de travail, parfois en un temps record. Une nouvelle organisation qui peut, à la longue, peser sur les salariés qui s'y sont mis pendant le confinement. Pour Eric par exemple, cadre dans une société d'informatique, "il y a le poids de la répétition. Chaque jour, tu te lèves, tu ne vas pas plus loin que la pièce d'à côté,  tu tournes un peu en rond.", raconte-t-il. "Si ça pouvait s'arrêter demain, ce serait super", confie Eric, pour qui le retour au travail en présentiel n'est pas prévu avant septembre. 

La fatigue du télétravail, reportage de Bradley de Souza pour France Bleu Paris.

Un des enjeux de la réunion entre organisations syndicales et patronales aujourd'hui sera par exemple les dépenses engendrées par le travail depuis chez soi. Avec les 250 euros accordés par son entreprise, Eric s'est notamment acheté un écran secondaire, pour pouvoir travailler. Mais d'autres imprévus sont à couvrir : "la facture d'électricité, internet, le remboursement des indemnités de repas", liste le cadre. Des négociations sont en cours, dans son entreprise, pour formaliser la prise en charge de ses frais. Un exemple de ce qui est, ce vendredi, sur la table des négociations entre syndicats et patronat.

Une "optimisation de l'activité" selon le PDG de Thomson Computing

Stéphan Français, PDG de Thomson Computing, entreprise fabricant des ordinateurs portables, invité de France Bleu Paris ce vendredi, juge que le télétravail contrait pendant le confinement s'est bien passé. "On l'a vécu de façon très sereine. On était bien équipés, et l'activité a été très forte", estime Stéphan Français, pour qui les salariés, eux aussi, ont bien vécu le télétravail. "Il y a une optimisation réelle de l'activité au sein de l'entreprise". 

Les factures d'internet ? Tout le monde est connecté avec son abonnement, donc la facture n'a pas changé.

"Il n'y a plus eu du tout de problèmes de temps passé dans les transports", juge Stéphan Français. "Le développement de la vidéoconférence nous a permis de garder le contact", se félicite-t-il. "Tout le monde le vit très bien." Sur la question des frais supplémentaires  à la charge de ses salariés, Stéphan Français estime que "peut- être, au niveau de l'électricité, il y a eu un peu plus de consommation. Nous, on les accompagne avec l'équipement. Après, très honnêtement, une chaise, une table et un ordinateur, on était tous logés à la même enseigne."

Retrouvez la chronique "la relance éco" à 7h15 tous les jours sur France Bleu Paris, à réécouter ici

Stéphan Français, PDG de Thomson Computing, invité de France Bleu Paris ce vendredi matin.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess