Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La relance éco, France Bleu à l’heure du déconfinement

La relance éco : les artificiers touchés par les annulations de feux d'artifice

-
Par , France Bleu Nord

A cause de la crise sanitaire, de nombreuses communes de la région ont dû annuler leur feu d'artifice prévu pour les festivités du 14 juillet. Pour les artificiers, après le confinement, c'est un chiffre d'affaires en baisse qui les attend. Exemple avec l'entreprise Wagnon Artifices.

Certaines entreprises de pyrotechnie craignent pour leur avenir à cause de la baisse importante d'activité.
Certaines entreprises de pyrotechnie craignent pour leur avenir à cause de la baisse importante d'activité. © Radio France - Benjamin Fontaine

80% de chiffre d'affaires en moins. C'est la perte financière que pense accuser Philippe Hollebecq à la fin de l'année 2020. Le gérant de l'entreprise Wagnon Artifices, basée à Roubaix, a beaucoup perdu avec le confinement et l'annulation de multiples événements festifs. Mais entre le 13 et le 14 juillet, c'est une activité importante de l'entreprise qui s'envole. "90% des feux sont annulés par rapport à l'année dernière", détaille Philippe Hollebecq. "D'habitude, on fait 230 feux, là on va en faire 25".

Pour les artificiers, "ça sera une année blanche". Les salariés de Philippe Hollebecq ont été mis en chômage partiel pour la plupart, et les CDD traditionnellement appelés pour la période de fête nationale resteront cette année chez eux.

Pour l'avenir, Philippe Hollebecq est inquiet, même si'il a réussi à décaler ses prêts auprès de la banque. Pour autant, Philippe Hollebecq l'affirme, "si ça reprend ça va aller, mais il faut absolument que ça reprenne, c'est indispensable pour notre métier". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess