Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La relance éco ind’è noi

"La relance éco" : Les autocaristes touchés par la crise inquiets pour l'avenir

-
Par , France Bleu RCFM

Avec le confinement national lié à la crise sanitaire, plus de touristes, ni d'écoliers à transporter, et ce depuis plusieurs mois, Certains patrons de société de transport craignent pour la santé financière de leurs entreprises.Qu'elles soient très jeunes, ou au contraire, très ancrées.

Un autocar sur la route de Piana
Un autocar sur la route de Piana © Radio France - Facebook - Jonathan Iov

Johnathan iov était bien parti, en Mai 2019. Il s'était lancé dans l'activité de transport de passagers, sur Aiacciu, uniquement pour le marché touristique.  Son seul autocar acheté -d'occasion- aux alentours de 100 000€ l'an dernier, est donc à l'arrêt, aujourd'hui. Plus de croisiéristes, plus de groupes, ni de colonies de vacances.  Le jeune chef d'entreprise semble dépité. 

"J'étais bénéficiaire, tout allait bien tout était parfait... jusqu'à cette crise, en fait. On aurait dû reprendre l'activité au mois de mars, avec les premiers bateaux de croisière. Cet arrêt brutal nous prend à la gorge, on avait la trésorerie pour repartir. J'ai passé trois mois sans travailler, et là c'est vraiment très compliqué".

De plus, impossible pour lui de se repositionner sur le ramassage des scolaires, car les appels d'offre ont déjà été pourvus l'an dernier.  Lui est le seul salarié de son entreprise, mais il pense aux autres, notamment les chauffeurs saisonniers. 

"Tous ces chauffeurs ne vont pas être repris l'an dernier, et dans certaines entreprises, ils représentent pratiquement 90 % des effectifs !"

Les "gros" du marché aussi craintifs pour l'avenir

Une jeune entreprise en péril, pas étonnant vu le contexte. Mais la crise a touché aussi les plus grosses, dans le bassin ajaccien. Roger Ceccaldi est un vieux de la vieille, comme on dit, il transporte touristes et scolaires.   

"Ça va être une année très difficile pour nous et pour tout le monde. Ramassages, tourisme...Rien n'a fonctionné pendant trois mois. Heureusement que les chauffeurs -8 chez moi- sont au chômage partiel.  on a dix chauffeurs en permanence, et on n'en prend pas d'autre d'habitude en saison. Ceux que nous avons en période scolaires sont les même que nous utilisons pour le tourisme". 

Roger Ceccaldi, patron d'une entreprise de transports en autocar
Roger Ceccaldi, patron d'une entreprise de transports en autocar © Radio France - Olivier Castel

Pas de licenciement en vue chez Roger Ceccaldi, mais d'autres n'auront peut-être pas le choix.  Les autocaristes sont tout de même inclus dans le plan de relance économique du tourisme au niveau national.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu