Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La relance éco, France Bleu à l’heure du déconfinement

La relance éco : les boucheries ont "bénéficié de la crise"

-
Par , France Bleu Hérault

Chaque jour, France Bleu Hérault s'intéresse à la reprise économique dans le département après huit semaines de confinement. Aujourd'hui, les bouchers, qui ont gagné de nouveaux clients pendant le confinement.

Certains bouchers ont développé des services de livraison durant le confinement
Certains bouchers ont développé des services de livraison durant le confinement © Maxppp - Tim Somerset

Pendant le confinement, les bouchers ont fait le plein. Certains, notamment les boucheries-charcuteries de proximité ont même gagné de nouveaux clients. Le vice-président de la confrérie des bouchers de l'Hérault, Patrick Huelle, revient sur cette période, les raisons de ce succès, les nouvelles attentes des consommateurs, et sur l'avenir de sa profession.

Comment votre profession a traversé cette crise ? 

On va dire que notre profession a été un peu la seule à bénéficier -entre guillemets- de cette crise, parce que nous avons eu énormément de travail pendant deux mois. C'était quelque chose d'incroyable. Notre clientèle habituelle s'est retrouvée confinée et donc, avec trois repas à prendre à la maison tous les jours : il n'y avait plus la restauration hors foyer du midi, il n'y avait plus des cantines scolaires, donc la consommation a augmentée, mais de manière tout à fait normale et justifiée. Et puis bon, les clients avaient le temps de cuisiner. Donc ils se sont tournés vers nous parce qu'on est une entreprise de proximité et de conseil. Et puis en période de crise, on mange sûrement un petit peu plus, ça rassure. Et voilà, on partage des repas à table et la viande est là, bien présente. 

À l'instar d'autres commerces alimentaires, a-t-on observé une recherche plus forte de qualité de la part des clients ?

Oui, il y a déjà un retour sur la qualité de la viande depuis la crise de la vache folle. Les clients se sont bien rendu compte qu'on vend un produit de qualité, qu'on est capable de dire comment il a été élevé, comment il a été abattu. On est capable de leur donner des conseils de préparation. Donc, on sait parler de notre produit. On sait le vendre, on sait l'expliquer. Donc ils se tournent naturellement vers nous, quand ils sont inquiets.

Il y a eu des choses mises en place pour aller directement vers le client ?

Là, on a développé un petit peu des nouveaux clients parce que des voisins de nos clients se faisaient livrer. Ils ont découvert un peu nos boutiques. Les livraisons, c'est quelque chose qu'on a toujours fait mais là vraiment, ça a explosé parce que les clients ne voulaient pas trop sortir de chez eux. Surtout les personnes âgées, on leur a rendu bien service à toutes les personnes qui voulaient rester confinées et qu'on a pu dépanner. 

On peut dire que le secteur ne sort pas affaibli de la crise sanitaire ?

Ah non ! Non, le secteur alimentaire ne sort pas affaibli du tout. Je pense même que, sur les clients qu'on a eus en plus, on va en garder une partie. C'est certain. Donc déjà, on avait du mal avant la crise, on va avoir du mal après : nous sommes des métiers qui recrutons, on a du mal à trouver du personnel. Les métiers alimentaires, on a vraiment du mal. C'est un appel au secours, parce que nos entreprises sont limitées en termes de développement par le manque de bras. On n'y arrive pas. C'est un vrai sujet de préoccupation. 

Relance éco - Les boucheries

Tous les matins, à 7h15, France Bleu Hérault analyse les conditions de reprise d'activité au plus proche des réalités de ceux qui se relèvent. Artisans, commerçants, entrepreneurs témoignent du lundi au vendredi. Ici, on parle d'ici.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu