Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La relance éco : les coiffeurs alsaciens se font des cheveux blancs

-
Par , France Bleu Alsace

Les coiffeurs alsaciens ont connu un rush incroyable dans les semaines qui ont suivi la levée du confinement, mais depuis leurs salons sont loin d'afficher complet.

Après le confinement, le prix de la coupe a augmenté de 3 à 5 euros en moyenne
Après le confinement, le prix de la coupe a augmenté de 3 à 5 euros en moyenne © Maxppp - Richard Brunel

Après deux mois sans coups de ciseaux, colorations ou brushing, les Alsaciens s'étaient rués dans les salons de coiffure à la levée du confinement. Mais depuis plusieurs semaines, les coiffeurs de la région ont retrouvé davantage de calme. Les gens ont tendance à moins venir rafraîchir leurs coupes. "La consommation change avec le télétravail, on n'a plus vraiment besoin du coiffeur, soutient André Hissler préside l'Union nationale des entreprises de coiffure dans le Bas-Rhin (et il a un salon depuis 50 ans à Haguenau). _Et puis les samedis, il n'y a plus de mariages_, donc ça pèse dans la balance. Alors même avec les trois semaines de folie après le confinement, on n'a pas récupéré ce qu'on a perdu en deux mois". 

La coupe coûte 3 à 5 euros de plus 

Les coiffeurs alsaciens ont dû mettre en place des mesures sanitaires contraignantes (masques, visières, plexiglas, peignoirs jetables), ce qui a entraîné un surcoût, répercuté sur le prix de la coupe. Selon les salons et les prestations, André Hissler estime que les clients déboursent en moyenne trois à cinq euros de plus._"On arrive à surnager, on arrive à payer les salaires, c'est déjà bien,_relativise André Hissler. Après le salaire des patrons, c'est autre chose. Beaucoup de salons souffrent, on verra en janvier février prochain si certains doivent fermer".

Retrouvez la chronique "la relance éco" à 7h15. 

France Bleu Alsace est à vos côtés pour vous accompagner pendant la période de déconfinement. Chaque jour à 7h17, votre radio s'intéresse à une entreprise emblématique de notre région (fleuron industriel, club de sport, association, restaurant, etc.). Comment se porte-t-elle ? Quels enseignements tire-t-elle de cette pandémie de coronavirus ? Comment se  projette-t-elle dans l'avenir ?

Choix de la station

À venir dansDanssecondess