Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

La relance éco : les commerçants du Mont-Saint-Michel s'unissent pour animer le village

De nombreux restaurateurs et propriétaires de magasins du Mont-Saint-Michel viennent de fonder l’Association des commerçants du Mont-Saint-Michel pour défendre leurs intérêts mais aussi animer le Mont et faire rester les touristes plus longtemps dans le village.

Le Mont-Saint-Michel en juillet 2020. Le Mont-Saint-Michel en juillet 2020.
Le Mont-Saint-Michel en juillet 2020. © Radio France - Lucie THUILLET

François Ridel est le secrétaire de cette toute nouvelle association des commerçants du Mont-Saint-Michel.

Publicité
Logo France Bleu

Quelles sont les heures creuses au Mont-Saint-Michel et que voulez vous faire pour redynamiser le site ?

Entre 16h et 18h, on a vraiment des heures creuses. Les gens commencent à repartir, l'abbaye est en train de fermer et beaucoup pensent que le Mont Saint-Michel va fermer car ils pensent que c'est un site touristique. Or non, c'est un village qui est tout le temps ouvert. Mais les touristes ont tellement peur de ne pas avoir de bus, qu'ils s'en vont rapidement. Nous, ce qu'on veut, c'est créer des évènements pour redynamiser, que les gens restent sur le Mont à la fin de la journée. En ce moment, avec la période qu'on traverse avec le coronavirus, on ne peut pas encore en faire mais on va en préparer pour l'an prochain, des animations, des concerts, peut-être même des marchés.

François Ridel qui tient une crêperie sur le Rocher est un des initiateurs de cette nouvelle union de commerçants au Mont-Saint-Michel. - François Ridel

Vous parliez de la période actuelle. Comment s'en sortent les commerçants du Mont ?

C'est très compliqué. Il y a du monde même si la fréquentation commence à baisser depuis quelques jours. Les restaurateurs s'en sortent un peu mieux car les gens ont toujours besoin de manger ou de boire quelque chose mais dans les boutiques, c'était catastrophique en juin, avec de l'ordre de 70 à 80% de baisse d'activité. Et au mois de juillet, c'est minimum 50% de baisse d'activité.

Craignez-vous des faillites autour de vous, dans les mois qui viennent ?

Je ne pense pas mais par exemple, on n'a pas pu recruter de personnel. Normalement, l'été, on recrute beaucoup de jeunes. Cette année, c'est impossible.

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu