Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La relance éco : les congrès et salons professionnels vont reprendre du service en Île-de-France

-
Par , France Bleu Paris

Tous les congrès et salons professionnels vont pouvoir reprendre dès le 1er septembre. Le ministre délégué en charge du commerce extérieur, Franck Riester, l'a annoncé ce lundi 27 juillet. Et sans limite de public (mais en respectant les gestes barrières). Un secteur crucial pour notre région.

Salon de l'Agriculture à Paris jeudi 27 février
Salon de l'Agriculture à Paris jeudi 27 février © Radio France - JD

"Ça devenait urgent pour toute une filière : notre activité a été la première à s'arrêter, dès début mars, et elle a sans doute été une des dernière à pouvoir reprendre", se félicite Pablo Nakhlé Cerruti, le directeur général de Viparis, qui gère neuf sites à Paris et autour, dont les parcs des expositions de la Porte de Versailles, de Villepinte ou du Bourget. Le secteur attendait avec impatience l'annonce du ministre délégué au commerce extérieur et à l'attractivité ce lundi 27 juillet. Les salons et congrès pourront donc avoir lieu dès le 1er septembre et sans limite de public. Un soulagement pour un secteur très touché en Île-de-France, avec notamment les annulations du salon du livre, de celui du tourisme ou du salon du running. "Avec l'annonce de Franck Riester, on retient que notre activité va pouvoir reprendre et surtout la démonstration que ces salons et congrès contribuent pleinement à la reprise pour faire des affaires, enrichir son carnet d'adresses, se former, etc..."

Mais le prix à payer a été rude pour le secteur : "A l'échelle de l'industrie, les pertes s'élèvent à environ 15 milliards d'euros, sans compter le manque à gagner en termes de retombées économiques, car un événement fait travailler les hôtels, restaurants, les taxis ou les compagnies aériennes", rappelle Pablo Nakhlé Cerruti. "On estime que chaque année en Île-de-France, l'ensemble des congrès et salons représente 5 milliards et demi d'euros de retombées économiques directes et indirectes. C'est autant que ce qui a été évalué pour les JO de Paris 2024 à l'échelle du territoire, c'est considérable".

"Nous avons établi un protocole sanitaire validé par les ministères de la Santé et du Travail"

"Les premier salons programmés à la rentrée sont notamment "Première vision" à Villepinte (salon de l'industrie textile), "Whos'next à la Porte de Versailles (salon de mode) ou encore de nombreux congrès médicaux au palais des congrès de Paris", liste le directeur général de Viparis. Mais la reprise ne se fera pas véritablement comme avant, du fait des contraintes sanitaires. "On peut imaginer que la reprise se fasse dans des conditions dégradées, avec moins de public et sur de plus petites surfaces que d'ordinaire", confirme-t-il. "Nous avons établi un protocole sanitaire qui a été validé par les ministère de la Santé et du Travail. Et puis de notre côté, nous avons travaillé avec des épidémiologistes pendant le confinement et nos sites sont désormais labellisés par le bureau de contrôle Veritas sur le meilleur confort sanitaire : nettoyage, signalétique, respect des gestes barrière, etc...".

Reste que cette reprise va faire du bien à la région : "En Île-de-France, on estime que cette industrie de l'événement rassemble 120 000 emplois directs (traiteurs, nettoyage, sécurité...) et indirects (hôtellerie, restauration, transports, etc...)", rappelle Pablo Nakhlé Cerruti.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess