Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La relance éco, France Bleu à l’heure du déconfinement

La relance éco : à Sochaux, les salariés et sous-traitants de PSA "inquiets pour l'avenir"

Chaque jour, France Bleu Belfort Montbéliard s'intéresse à une entreprise emblématique de notre région. Ce lundi, direction l'usine PSA de Sochaux et ses sous-traitants. A l'heure du déconfinement, l'avenir est plein d'incertitude.

L'entrée de l'usine PSA à Sochaux
L'entrée de l'usine PSA à Sochaux © Radio France - Sébastien Baer

Après Renault et Toyota, le groupe automobile PSA entame la reprise très progressive de ses usines. Sur le site PSA de Sochaux, berceau historique de la marque au Lion, l'activité reprendra de manière très partielle ce vendredi 15 mai, mais sans l'équipe de nuit, ni celle du week-end. Pour l'instant, les concessions automobiles restent fermées. Ce qui fait craindre le pire dans ce territoire très dépendant de son industrie.

Sochaux, une ville à l’arrêt

Aucune voiture n’a été produite depuis le 17 mars sur le site PSA de Sochaux. Et à l'heure du déconfinement, les habitants ne cachent pas leurs inquiétudes pour l'avenir. "On ne sait pas où ça va aller", "oui ça m'inquiète un peu, c'est un problème", disent les quelques passants rencontrés. PSA reste l’un des principaux employeurs du Nord Franche-Comté : 7.000 salariés en CDI et des centaines d'intérimaires.

"Les intérimaires seront les premières victimes de la crise", prévient Eric Peultier, délégué Force Ouvrière sur le site PSA de Sochaux. "Depuis l'arrêt des lignes, il y a déjà 400 contrats qui n'ont pas été renouvelés sur les 2.000, donc il reste environ 1.600 intérimaires, avec des contrats qui seront suspendus, la direction l'a déjà dit".

Les sous-traitants fortement impactés

"Tout ce qui concerne PSA est arrêté, il n'y a plus aucune machine qui tourne", constate dans son usine, Jean-Pierre Moret, responsable de la société Technitubes, qui produit des pièces pour le refroidissement des moteurs. Son entreprise emploie une centaine de salariés sur le site d’Etupes, à côté de Sochaux.

"Au mois d'avril, on a fait un chiffre d'affaires de - 70%, je suis assez inquiet parce qu'il y aura de la casse, moi je pense malheureusement que l'activité ne redémarrera pas correctement avant le mois de septembre". Pour se diversifier, Jean-Pierre Moret a décidé de créer une nouvelle société spécialisée dans l’impression 3D.

Baisse du chiffre d'affaire

Pour le groupe Lisi Automotive, qui a son siège à Grandvillars, les conséquences de la crise sanitaire sont aussi dramatiques. L’entreprise, qui fabrique des pièces pour l’industrie automobile emploie 1.400 personnes dans le Nord Franche Comté. La direction estime que le chiffre d’affaires a baissé de plus 50% en avril.

Les usines de la région tournent au ralenti. La moitié des salariés ne vont plus à l'usine. Pour permettre la reprise et surtout la sauvegarde des emplois, Emmanuel Viellard, le directeur général, demande un soutien de l’État sur le long terme.

"Aujourd'hui, il y a le dispositif de chômage à temps partiel, qu'on utilise, à plein, quand c'est possible, nous sommes en train de mesurer l'impact économique de ces mesures de soutien -qui sont tout à fait bienvenues, et ensuite on va voir quel va être le rythme de redémarrage, si on peut rentrer dans un système de chômage à temps partiel de longue durée", explique-t-il.

"Le ministre de l'économie Bruno le Maire a annoncé qu'il y avait trois secteurs privilégiés pour le redémarrage et les mesures de soutien de la part de l'Etat : l'automobile, l'aéronautique et le tourisme... plus longues seront les mesures de soutien, moins les besoins d'ajustement seront sensibles à la fin", conclut Emmanuel Viellard.

Retrouvez la chronique "La relance éco" à 7h15 tous les jours sur France Bleu Belfort Montbéliard.

France Bleu Belfort Montbéliard est à vos côtés pour vous accompagner pendant la période de déconfinement. Chaque jour à 7h17, votre radio s'intéresse à une entreprise emblématique de notre région (fleuron industriel, club de sport, association, restaurant, etc.). Comment se porte-t-elle ? Quels enseignements tire-t-elle de cette pandémie de coronavirus ? Comment se projette-t-elle dans l’avenir ?

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu