Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La relance éco, France Bleu à l’heure du déconfinement

La relance éco : les Vélib gratuits ce mardi pour inciter à faire les trajets domicile-travail à vélo

-
Par , France Bleu Paris

Smovengo, l'entreprise qui opère les Vélib, espère convertir avec cette opération davantage d'usagers franciliens au vélo. Invité de France Bleu Paris ce mardi, Nicolas Boutaud, directeur marketing et communication de la firme, explique que les trajets en Vélib ont bondi depuis le déconfinement.

En juin, en moyenne 160.000 trajets ont été faits chaque jour sur des Vélib. Cela représente 15 millions de kilomètres parcourus sur ces vélos, 40 fois le trajet de la Terre à la Lune
En juin, en moyenne 160.000 trajets ont été faits chaque jour sur des Vélib. Cela représente 15 millions de kilomètres parcourus sur ces vélos, 40 fois le trajet de la Terre à la Lune © Radio France - Aurélien Accart

Et si on allait au bureau en vélo aujourd'hui ? Vélib propose ce mardi 7 juillet la gratuité de ses vélos, avec son opération "Au boulot à Vélib" ! 

En station, il faut prendre un pass V-Découverte, valable une journée. Pour cela, il faut entrer le code promotionnel AUBOULOTENVELIB.

La première demi-heure est gratuite ; au-delà, il faudra compter 1 euro par demi-heure supplémentaire pour les Vélibs classiques, 1 euro pour la première demi-heure supplémentaire puis 2 euros sur les modèles électriques.

De nombreux Franciliens ont déjà pris l'habitude du vélotaf, c'est-à-dire de pédaler pour les trajets entre la maison et le travail. Mais avec la multiplication des pistes cyclables dans Paris et la région et la crise sanitaire, de plus en plus de personnes veulent se mettre en selle.

Invité de France Bleu Paris ce mardi 7 juillet, Nicolas Boutaud, directeur marketing et communication de Smovengo, la société qui opère les Vélib, explique que les Vélib sont pris d'assaut depuis la fin du confinement.

Quarante fois la distance Terre-Lune parcourus par les Vélibs en juin

"En juin, on a enregistré en moyenne 162.000 trajets chaque jour, avec un pic à 191.000 le 24 juin. En un mois, ce sont 15 millions de kilomètres qui ont été parcourus sur nos Vélibs, c'est 40 fois la distance de la terre à la Lune !"

En juin, on a enregistré en moyenne 162.000 trajets chaque jour, avec un pic à 191.000 le 24 juin - Nicolas Boutaud, de Smovengo

Selon Nicolas Boutaud, cette hausse de l'usage des Vélib est en partie dû aux coronapistes, ces pistes cyclables provisoires construites pendant le confinement : "On a noté une fréquentation plus forte sur les stations situées à côté de ces pistes, détaille-t-il. Il y a _un engouement certain pour le vélo, qui s'était noté aussi pendant les grèves de l'hiver dernier_. Là, ça s'est accéléré avec le déconfinement". 

Une hausse des abonnements chez les femmes

Smovengo note aussi une évolution certaine dans le profil des utilisateurs de Vélib, qui tend à se féminiser : "Avant le confinement, nous avions à peu près 40 % de femmes abonnées : maintenant, nous sommes à la parité, 50 % de femmes pour 50 % hommes". 

Avant le confinement, nous avions à peu près 40 % de femmes abonnées ; aujourd'hui, nos abonnés c'est 50 % de femmes et 50 % d'hommes - Nicolas Boutaud, de Smovengo

Parmi les raisons qui expliquent cette hausse d'abonnements, Nicolas Boutaud cite "_l'envie de changer de mode de vie_, d'aller vers des mobilités plus douces, d'aller au travail ou de faire des sorties à vélo. Cela reste le moyen de transport le plus rapide pour aller d'un point A à B en ville", affirme le directeur marketing et communication de la firme.

Davantage de trajets Paris-petite couronne

Si la plupart des trajets demeurent ceux entre le domicile et le travail, l'observation des trajets montre une évolution des types de parcours. Avec notamment une plus grande distance parcourue. "Avant le confinement, nous étions à 2,9 kilomètres parcourus en moyenne. En juin, il était de 3,5 kilomètres. Cela s'explique par une évolution des mentalités, mais aussi par nos vélos électriques, qui sont plébiscités : ils représentent 40 % de la flotte, mais 60 % des courses", souligne Nicolas Boutaud. 

Avant le confinement, nous étions à 2,9 kilomètres parcourus en moyenne. En juin, il était de 3,5 kilomètres - Nicolas Boutaud, de Smovengo 

Ces vélos électriques permettent aux usagers d'aller plus loin ; Smovengo note ainsi davantage de de trajets entre Paris et la proche couronne.

La relance éco : Nicolas Boutaud, directeur marketing et communication de Smovengo, société qui opère les Vélib, invité de France Bleu Paris ce mardi 7 juillet

Choix de la station

À venir dansDanssecondess