Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La relance éco : les vins de Savoie se vendent-ils bien depuis le déconfinement ?

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Jean Castex a annoncé débloquer une aide supplémentaire de 80 millions d'euros pour soutenir les viticulteurs ce mercredi 5 août. Le secteur a été particulièrement touché par la crise sanitaire. Qu'en est-il des vins de Savoie ? Entretien avec le président du syndicat régional des vins de Savoie.

Image d'illustration du vignoble savoyard avant le début des vendanges.
Image d'illustration du vignoble savoyard avant le début des vendanges. © Maxppp - Vincent Isore

Jean Castex a annoncé mercredi 5 août une enveloppe supplémentaire de 80 millions d'euros pour soutenir les viticulteurs, durement frappés par les conséquences de la crise du coronavirus. Cette aide s'ajoute aux 170 millions d'euros débloqués en mai par le précédent gouvernement. 

Durant le confinement, les vins de Savoie ont perdu plus de 3.000 hectolitres de vin. Alors que la période des vendanges approche, comment la filière se porte-t-elle ? Christophe Richel, président du syndicat régional des vins de Savoie, répond à France Bleu Pays de Savoie. 

France Bleu Pays de Savoie : Combien comptez-vous d'excédent de vins chez nous, en Savoie et Haute-Savoie, à cause de la crise sanitaire ? 

Christophe Richel : Les chiffres retenus et officiels durant la période de confinement sont de 3.000 hectolitres, cela signifie que 3.000 hectolitres n'ont pas été vendus depuis début mars. Sur une production de 115 à 120 hectolitres ce n'est pas énorme. Mais le soucis, c'est qu'il y avait déjà une crise structurelle qui précédait cette crise. Et on avait déjà un petit excédent de stocks par rapport aux autres années. 

Pourquoi est-ce-qu'on ne vend pas assez de vin ? 

C'est une bonne question. C'est bien de produire et depuis plusieurs années, les vins de Savoie ont gagné en qualité et ont gagné en notoriété. Mais en France, la consommation a chuté énormément. Je me rappelle que dans les années 1980, la consommation de vin par habitant par an était de 60 litres. C'était énorme, on doit être à moins de la moitié maintenant. 

La saison touristique a assez bien commencé dans le secteur. Cela se ressent-il dans vos ventes auprès des restaurants ?

Les ventes ont repris mais on n'est pas non plus à des taux exceptionnels. On attendait beaucoup l'arrivée des touristes français sur nos régions savoyardes. C'est le cas mais le problème c'est qu'il manque les touristes étrangers qui ne se déplacent pas. J'ai un ami qui était à Chamonix la dernière fois. Il m'a dit que d'habitude, là-bas, au mois d'août, la moitié des personnes sur place sont des Asiatiques. Cette année, ce n'est pas le cas. Il n'y a aucun touriste étranger et ce sont pourtant des clients avec un pouvoir d'achat élevé. Quand ils viennent, ils consomment. Ce n'est pas comme la clientèle qui prévoit tout, qui a déjà son pique-nique... Maintenant, il faut espérer qu'on revienne à des niveaux de ventes équivalents au moins aux autres années. J'espère qu'on aura quand même un bel été et on espère que la saison d'hiver prochaine sera "normale", c'est à ce moment-là qu'on saura.

Les vendanges vont bientôt commencer, le millésime est plutôt bon cette année ? 

C'est vrai, ça donne du baume au cœur. Le résultat du travail c'est vraiment les vendanges. D'un côté les ventes ne vont pas très bien et pourtant depuis plusieurs années, nous avons des maturités très précoces. Cette année encore, les vendanges vont commencer à la fin du mois d'août. Donc quand on a une précocité comme ça on sait qu'on aura la qualité, les jus sont plus matures et les vins d'autant plus faciles à travailler, avec des qualités très pures. Ça va être un millésime très, très bon, très riche, très fruité et très expressif. 

___________________________________________________________________________________________________________________________

France Bleu est à vos côtés pour vous accompagner pendant la  période de déconfinement. Chaque jour à 7h15, votre radio s'intéresse à  une entreprise emblématique de notre région (fleuron industriel, club de  sport, association, restaurant, etc). Comment se porte-t-elle ? Quels  enseignements tire-t-elle de cette pandémie de coronavirus ? Comment se  projette-t-elle dans l’avenir ?

Choix de la station

À venir dansDanssecondess