Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La relance éco : Nauticspot l'appli des ports connectés propose une partie de ses services gratuitement

-
Par , France Bleu Hérault

La start-up Nauticspot implantée à Montpellier propose une appli pour faciliter la vie des ports et des plaisanciers. Depuis le Covid, une partie des services sont gratuits.

Le port de la Grande Motte fait partie des ports qui utlisent l'appli Nauticspot
Le port de la Grande Motte fait partie des ports qui utlisent l'appli Nauticspot © Maxppp - Guillaume Bonnefont

La relance éco tous les matins sur France Bleu Hérault, on s’intéresse aujourd'hui à une start-up installée à Montpellier qui facilite la vie de tous ceux qui possèdent un bateau  Nautic spot crée en 2017 est partenaire d'une trentaine de ports en France, dont Palavas La Grande Motte et Carnon dans l'Hérault. Pour aider les ports dans la reprise économique, une partie des services deviennent gratuits

Jérémie Ladoux, est le fondateur de NauticSpot

Qu'est ce que vous proposez exactement au travers de cette application mobile ? Comment vous est venue l'idée ? 

Moi, je viens du monde du tourisme, mais je suis avant tout plaisancier. Lors d'escales dans différents ports où je me suis aperçu qu'il y avait des places qui étaient libres. Et pourtant, on nous refusait l'entrée au port en escale. Alors j'ai creusé un peu sur la gestion opérationnelle. Donc, on a voulu crée cette application mobile avec différents services. 

Des capteurs de présence pour visualiser en temps réel les places disponibles dans les ports, comme dans les parkings

Nous, on propose des solutions de ports connectés, donc à travers deux catégories de produits. On fait d'abord une solution de supervision des emplacements en temps réel, donc pour les places de bateaux, pour savoir si les places sont occupées ou libres, parce qu'aujourd'hui, c'est manuel. Pour la gestion opérationnelle des ports, on est obligé d'envoyer physiquement  plusieurs fois par jour, un agent relève manuellement avec stylo et papier les places libres et occupées. On a développé des capteurs de présence, un peu comme dans les parkings, au niveau du ponton et dans des bouées de mouillage, ce sont des bouées de parking à l'extérieur du port. 

Et la deuxième solution, c'est une application mobile de vie au port. C'est un outil de communication pour les capitaineries, pour diffuser toutes les informations et les actualités. Et c'est également disponible pour les piétons, les riverains qui souhaiteraient être informés sur les actualités du port. 

Après le déconfinement, une partie des services sont devenus gratuits pour tous les ports

On imagine que le confinement a paralysé la vie des ports. Quel rôle jouez vous maintenant ? Tout le monde circuler librement, y compris les bateaux. 

A notre échelle de petites start up, on a voulu s'impliquer aux côtés des ports pour ce déconfinement, pour proposer des services et améliorer cette communication, puisque les ports de communiquer sur les gestes barrières, les mesures en place. On a fait une partie freemium de notre application c'est à dire une version un peu plus allégée et gratuite pour tous les ports de France et ensuite des modules payants, mais à la carte. Aujourd'hui, ça devient vraiment des applications sur mesure pour les ports, pour gagner en attractivité et communiquer auprès de leurs créanciers riverains. Ça a boosté un peu l'activité, l'année dernière, on était à 15 ports, cette année, on est dans 40 ports, donc on avait un objectif de 50 ports cette année. Je pense qu'on devrait l'atteindre en fin d'année

Et vous développer à l'étranger aussi, j'imagine ?

C'est ça, donc aujourd'hui, on est en Méditerranée et on est en Atlantique et en Manche et en Bretagne. Et on a un premier port à l'international. C'est la marina de Valence, en Espagne. Et on a un autre projet de mouillage connecté avec notre nouveau produit, de points de mouillage où on va aller en Polynésie pour aller équiper le lagon de bord. 

Jérémie Ladoux, qu'est ce qu'on peut vous souhaiter pour la suite de votre startup ? 

Aujourd'hui, on est sur une niche, il faut le dire. Aujourd'hui, la gestion portuaire, c'est vrai qu'elle est archaïque. Elle est peu digitalisée et le terrain de jeu est immense. Il faut juste qu'on trouve les ports qui veulent bien tenter l'aventure pour améliorer cette application et toute la solution. Maintenant, on est un peu plus crédible sur le marché puisqu'on a 40 ports. Mais voilà, on s'éclate. C'est génial. 

  • Port
Choix de la station

À venir dansDanssecondess