Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats
Dossier : La relance éco, France Bleu à l’heure du déconfinement

"La relance éco" : pas de public à l'hippodrome du Mans avant le 11 juillet, "incohérent et pénalisant"

-
Par , France Bleu Maine

La société des courses du Mans enregistre environ "60% de pertes" financières suite au confinement puis à la tenue des courses à huis clos. "Toute la filière équine va perdre des plumes", prévient son président, Christian Bazire.

L'hippodrome des Hunaudières accueille dix réunions par an.
L'hippodrome des Hunaudières accueille dix réunions par an. © Maxppp - Photo PQR / Le Maine Libre - Olivier Blin

Le huis clos reste la règle dans les hippodromes. Un temps espérée pour le 22 juin, la réouverture au public se fera le 11 juillet 2020, a annoncé le gouvernement. "Nous sommes déçus", réagit sur France Bleu Maine Christian Bazire, le président de la société des courses du Mans. "C'est incohérent", insiste-t-il. "Les cinémas et les parcs sont à nouveau ouverts et pas les hippodromes alors que tout se passe en plein air. C'est mesquin", ajoute le Sarthois. 

60% de pertes financières 

Économiquement, ce huis clos prolongé sera lourd de conséquences. "Nous aurons 60% de perte", explique Christian Bazire. Le président de la société des courses du Mans détaille : "Plus de buvette, plus de restauration, plus de jeu. Ouvrir une journée nous coûte entre 5.000€ et 6.000€. Chaque année nous avons ainsi environ 70.000€ de frais. Nous ne cherchons pas à réaliser des marges. Sans nos bénévoles, nous serions morts". 

Le président de la société des courses du Mans se dit également inquiet pour l'ensemble de la filière équine. "Les propriétaires de chevaux et les entraîneurs vont y laisser des plumes", prévient-il. 

Ecoutez la chronique "La relance éco" de 7h15 sur France Bleu Maine

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu