Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La relance éco : les fleuristes d'Île-de-France espèrent relancer leur activité avec la fête des mères

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Après plusieurs semaines d'arrêt, les fleuristes espèrent relancer leur activité. Avec un 1er mai en demi-teinte mais surtout en plein confinement, ils espèrent que cette fête des mères leur offrira de nouvelles perspectives.

Les fleuristes espèrent relancer leur activité avec la fête des mères ce dimanche. (photo d'illustration)
Les fleuristes espèrent relancer leur activité avec la fête des mères ce dimanche. (photo d'illustration) © Maxppp - Alexis Sciard

Amaryllis, Chrysanthèmes, Jonquilles et bien d'autres fleurs feront sûrement l'objet d'un cadeau ce dimanche lors de la fête des mères. Elle arrive à point nommé pour les fleuristes d'Île-de-France après plusieurs semaines d'arrêt de leur activité. Et un 1er mai en demi-teinte lors de la traditionnelle vente de muguet qui ne s'est pas déroulée comme prévu avec le confinement. "La fête des mères, c'est la grosse fête des fleurs donc c'est formidable qu'elle tombe après le déconfinement", réagit Pascal Mutel sur France Bleu Paris, président de la chambre syndicale des fleuristes d'Île-de-France.

"La saison est belle, les températures sont un petit peu redescendues donc c'est très bien pour les fleurs. C'est le moment où on va retrouver tous nos clients", poursuit-il. Cette année, la fête des mères aura une saveur particulière. La plupart des Franciliens et des Français n'ont pas vu leur maman durant ces quelques semaines de confinement.

La vraie reprise pour les fleuristes ?

Les fleuristes sont sur le qui-vive pour relancer leur activité. "La fête des mères, c'est 8% du montant national des ventes de fleurs, 12% de la transmission florale, donc sur un week-end c'est très important", ajoute Pascal Mutel. Il espère que les Franciliens seront au rendez-vous. D'autant plus que le secteur veut se relever après avoir été touché de plein fouet par cette crise sanitaire.

Depuis la fin du déconfinement, les fleuristes ont pu accueillir de nouveau dans leurs magasins leurs clients. "On a une consommation très soutenue, les gens étant chez eux avaient besoin de fleurs, de végétales à mettre chez eux donc des chiffres d'affaires qui depuis le début du déconfinement sont bons. C'est une vraie reprise. On estime que cette fête des mères devrait être dans les clous", explique le fleuriste du 17e arrondissement de Paris.

Entre 15 et 20% des entreprises vont avoir du mal à se relever

Après les mariages, les communions annulées et un 1er mai qui ne s'est pas déroulé comme prévu, Pascal Mutel est formel : "Il est impossible de rattraper ce que l'on a perdu. C'est déjà bien de faire actuellement les chiffres que l'on devrait faire. Mais une fois passé la fête des mères, on va retomber de nouveaux dans les difficultés : 40% du marché qui est le réceptif c'est-à-dire les hôtels, événements privés ou institutionnels, on a 40% du marché qui n'est pas là", déplore Pascal Mutel. 

Il est impossible de rattraper ce que l'on a perdu - Pascal Mutel, président de la chambre syndicale des fleuristes d'Île-de-France.

"On perd énormément de fleurissement, des événements de société, ou des événements privés, baptêmes, mariages. Tout ce marché de l'événementiel ne va pas reprendre globalement avant le mois de septembre dans le meilleur des cas. Certaines entreprises, alors les situations sont différentes d'une entreprise à une autre, mais des événements comme ceux-là, dans certaines, ça peut représenter 70% ou 80% du chiffre d'affaires", conclut le président de la chambre syndicale des fleuristes d'Île-de-France.

Selon lui et les estimations de la chambre syndicale, 15 à 20% des entreprises vont avoir du mal à se relever de la crise sanitaire.

Pascal Mutel, président de la chambre syndicale des fleuristes d'Île-de-France espère que la fête des mères permettra à son secteur de se relancer. Il est l'invité de France Bleu ce vendredi 5 juin.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess