Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

"La relance éco" - Pour le PDG du Parc du Reynou Nicolas Lefrère, "la vraie crainte, c'est l'hiver prochain"

-
Par , France Bleu Limousin

Chaque jour depuis le début du déconfinement, France Bleu Limousin prend des nouvelles d'une entreprise du territoire. Ce jeudi, nous nous intéressons au Parc Zoo du Reynou près de Limoges. Les visiteurs sont au rendez-vous. Une bonne nouvelle pour faire face à l'hiver prochain.

Nicolas Lefrère, le PDG du Parc Zoo du Reynou
Nicolas Lefrère, le PDG du Parc Zoo du Reynou © Radio France - Jérôme Ostermann

Après le confinement, place au déconfinement et à la relance de l'activité ! "La relance éco",  c'est le nom du rendez-vous sur France Bleu Limousin qui, à 7h17 tous  les jours, succède logiquement à "tous confinés". Ce rendez-vous vise à  illustrer la façon dont l'activité globale repart sur notre territoire. 

Arrêter de les nourrir, les chauffer, les soigner, ça n'existe pas

Ce jeudi, place au Parc Zoo du Reynou situé sur la commune du Vigen près de Limoges. Il a rouvert ses portes depuis déjà une semaine. "On est très satisfaits. On a une fréquentation qui est raisonnable. C'était pour moi une crainte de voir déferler des masses de personnes qui avaient été confinées pendant 2 mois, et qui ne respecteraient pas les consignes. Ce n'est pas le cas" lâche, soulagé, le PDG du parc Nicolas Lefrère.

A écouter, le reportage avec des visiteurs heureux de retrouver le Parc Zoo du Reynou

La fréquentation est quand même intéressante, "normale pour un mois de mai". Trois  personnes ont été embauchées depuis samedi dernier. Car le recrutement des saisonniers avaient été mis en sommeil. Les soignants ont continué à travailler sur une rythme moins élevé. Mais ils étaient toujours sur site. "Il a fallu expliquer aux administratifs qu'il n'y a pas de bouton on off sur les animaux. Arrêter de les nourrir, les chauffer, les soigner, ça n'existe pas" rappelle celui qui a succédé à son père à la tête du parc.

300 mille euros de perte en deux mois

Tout cela coûte évidemment très cher. En hiver, le parc est fermé au public mais continue à vivre grâce à la trésorerie de la saison écoulée. Ces deux mois de confinement n'étaient évidemment pas prévus au programme. "On a eu la chance de pouvoir activer le PGE (prêt garanti par l'Etat) ce qui nous a permis de tenir pendant le confinement et le début du mois de mai. Ma vraie crainte, c'est l'hiver prochain" prévient Nicolas Lefrère.

Les animaux de la plaine africaine profitent du soleil
Les animaux de la plaine africaine profitent du soleil © Radio France - Jérôme Ostermann

Et pour cause. "Sur les 6 mois qui composent notre saison, on est censé générer notre trésorerie pour pouvoir tenir les 6 mois hivernaux. Aujourd'hui, on a perdu 300 mille euros. 30% de notre chiffre d'affaire qui ont disparu sur les deux mois de fermeture" précise t-il. De quoi s'interroger. "Serons nous capables de les compenser ? Y-aura t-il des mécanismes qui nous permettrons de tenir l'hiver prochain ?" se demande le PDG du Parc Zoo du Reynou. C'est pour l'instant la grande interrogation pour lui et toute son équipe.

On a largement la possibilité de ne pas se croiser avec moins d'un mètre

Dans son malheur, le Reynou a la chance d'être un parc de plein air, en zone verte, avec un CHU de Limoges aux capacités réels en terme de réanimation. D'où le feu vert de la préfecture pour cette réouverture. "On a 50 hectares ouverts au public. On a 7 kilomètres de parcours. Des allées qui font entre 2 et 6 mètres de large donc on a largement la possibilité de ne pas se croiser avec moins d'un mètre" détaille Nicolas Lefrère. Mais il a quand même fallu prendre plusieurs résolutions. 

Une petite soif pour les chameaux du Parc Zoo du Reynou
Une petite soif pour les chameaux du Parc Zoo du Reynou © Radio France - Jérôme Ostermann

"On a choisi d'être pro actifs vis à vis de la préfecture avec des gestes barrières qu'on applique partout. L'air de jeux est fermée aux enfants pour éviter la contamination croisée. Et le port du masque est obligatoire pour les visiteurs aux endroits stratégiques. La caisse, le snack, la boutique et les toilettes" énumère t-il. Nicolas Lefèvre très excité par cette réouverture tant attendue. Et forcement heureux de voir des visiteurs assez nombreux dès la 1ère semaine.

De plus en plus d'appels pour prendre des billets

"Très heureux de retrouver des gens dans le parc et notamment nos abonnés avec des échanges très sympas. C'était pratiquement 50% de notre fréquentation sur samedi et dimanche" précise Nicolas Lefèvre, sachant que le Parc Zoo du Reynou compte 2 mille abonnés. Et maintenant que la nouvelle de la réouverture fait son chemin, les appels sont de plus en plus nombreux. Ce qui lui fait dire, en guise de conclusion, "on va essayer de s'appliquer et d'être très rigoureux pour que tout se passe bien aussi ce week-end."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess