Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La relance éco : que prévoit le groupe Bourrelier pour remettre en scelle Mavic ?

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Le groupe Bourrelier, ancien propriétaire de Bricorama, est le repreneur de Mavic. L'entreprise haut-savoyarde spécialisée dans la roue de vélo était en redressement judiciaire. Pourquoi cet investissement ? Entretien avec le directeur général du groupe Bourrelier.

Illustration Mavic
Illustration Mavic © Maxppp - Francis Nicolas

En redressement judiciaire, l'entreprise Mavic roule désormais pour le groupe Bourelier. L'entreprise haut-savoyarde, spécialisée dans la fabrication de roues de vélo, a été reprise par l'ancien propriétaire de Bricorama. Cent cinq emplois sont sauvés (sur un peu plus de 210) et  les sites d’Annecy (recherche et développement) et de Saint-Triviers dans l’Ain (production) sont maintenus. Entretien avec Jean-Michel Bourrelier, le directeur général du groupe. 

France Bleu Pays de Savoie : Pourquoi avoir repris Mavic ? 

Jean-Michel Bourrelier : Bourrelier groupe est une entreprise familiale, on est des entrepreneurs. Suite à la vente de Bricorama, on souhaitait réinvestir et il y avait différents secteurs où l'on avait des connaissances de marchés, un savoir-faire et la mobilité en faisait partie. Mon frère par exemple possède des boutiques de vélos à assistance électrique. Quand on a vu Mavic arriver au tribunal de Grenoble on a été comprendre pourquoi Mavic en était arrivé à cette situation et on s'est dit que c'était une opportunité de se relancer avec une entreprise à taille humaine, sans notion de temps.

Comment allez-vous remettre en scelle Mavic ? 

Mavic aujourd'hui est rattaché à un groupe et n'a donc pas toute son autonomie. Dans l'immédiat Mavic doit devenir entièrement autonome au niveau financier, informatique, et même dans ses locaux puis retrouver le vrai leadership sur son savoir faire. Il faut également avoir une excellence opérationnelle et un service client qui redonne confiance aux utilisateurs. On renoue avec la performance et la croissance quand les consommateurs sont satisfaits de ce que vous faites. Il y aura forcément du développement autour de Mavic a regarder. 

On connaissait le groupe Bourrelier dans le bricolage, le voilà maintenant dans le vélo. Est-ce un vrai changement de stratégie ? 

Nous le voyons comme un investissement dans la mobilité. Aujourd'hui elle est en train de changer. On s'intéressait à toute mobilité verte, aussi bien sur la route que l'eau, et on s'est aperçu à la suite du Covid qu'il y a un vrai engouement autour du vélo. Le vélo électrique a refait prendre goût à ce moyen de mobilité. Il y a une vraie importance pour le futur, pour l'environnement et la mobilité verte y répond. 

_____________________________________________________________________   
France Bleu est à vos côtés pour vous accompagner pendant la  période de déconfinement. Chaque jour à 7h15, votre radio s'intéresse à  une entreprise emblématique de notre région (fleuron industriel, club de  sport, association, restaurant, etc). Comment se porte-t-elle ? Quels  enseignements tire-t-elle de cette pandémie de coronavirus ? Comment se  projette-t-elle dans l’avenir ? 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess