Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La relance éco, France Bleu à l’heure du déconfinement

La relance éco : pourquoi pas du cinéma en plein air cet été pour remplacer les salles obscures ?

-
Par , France Bleu Azur

Le ministère de la Culture envisage d'autoriser la réouverture des salles de cinéma le 1er juillet. Les salles obscures sont fermées depuis mi-mars. Les mesures de chômage partiel ont permis d'amortir la crise, mais une reprise s'annonce compliquée cet été dans le contexte sanitaire lié au Covid-19.

Un cinéma en plein air sur le parking du Palm Beach à Cannes
Un cinéma en plein air sur le parking du Palm Beach à Cannes © Maxppp - PHOTOPQR/NICE MATIN/Dylan Meiffret

L'industrie du cinéma est durement touchée par la crise économique. Le ministre de la Culture Franck Riester a prévenu "travailler sur une réouverture des salles à partir du 1er juillet. Des annonces seront faites ce jeudi à l'issue du conseil de défense qui portera notamment sur la suite du déconfinement et la période estivale. 

Le ministre a annoncé "un futur financement du CNC pour aider les salles de cinéma et une possible autorisation de la publicité pour le cinéma à la télévision." La réouverture s'annonce compliquée, surtout pour les petits cinémas indépendants aux trésoreries fragiles. Il faudra faire respecter la distanciation physique dans les files d'attente (un mètre au moins entre chaque spectateur) donc condamner des fauteuils, des rangées. 

Certains exploitants des Alpes-Maritimes plaident pour du cinéma en plein air cet été, des séances type "drive-in" comme à Cannes sur le parking du stade de Coubertin ou dans des champs, sur des places, où l'on peut accueillir du public et faire respecter les gestes barrières, encore faut-il disposer du matériel.

reportage

Des mesures barrières difficiles à appliquer dans les salles obscures

Les préconisations sanitaires du ministère de la Culture semblent compliquées à appliquer dans les cinémas. Karine Degrandsart exploite des salles d'art et d'essai à Vence, Valberg ou La Gaude. Depuis mi-mars, ses cinq salariés sont au chômage technique. Elle a demandé à son banquier "une enveloppe de secours". Quand elle devra rouvrir les salles, elle se pose beaucoup de questions par rapport au protocole sanitaire : "Est-ce que la climatisation peut véhiculer le virus ? Désinfecter un fauteuil après chaque séance c'est impossible, il faudra que les gens mettent une housse en plastique sur chaque siège, c'est un coût

"La solution cet été pourrait être le cinéma de plein air, en accord avec les communes, pas forcément sous forme de drive-in mais comme ça peut se faire à Vence sur la place du grand Jardin, à Contes derrière le théâtre de verdure ou à Saint-Laurent-du Var. Il faudrait que le préfet autorise les cinémas de plein air." 

Les exploitants réfléchissent aux aménagements, pour tenter de regagner la confiance du public. Laetitia Mazeran est directrice d'exploitation du cinéma Les Arcades à Cannes : "On est un peu dans l'expectative, on attend les décisions, les mesures qu'on devra prendre sur l'ouverture des salles, la capacité en spectateurs, les désinfections des climatisations. L'autre grande question, c'est la programmation. De nombreuses sorties ont été décalées, que va-t-on proposer en dehors des films qu'on a quitté au mois de mars ?" 

Pas de nouveauté cinéma à l'affiche cet été 

Les blockbusters américains sont repoussés à l'automne, tout comme des films indépendants habituellement porteurs au creux de l'été. Marc Chaix préside un ciné-club de 400 adhérents à Vence : "Des distributeurs ont décalé la sortie des gros films. Le James Bond qui devait sortir en avril sortira en novembre et ceux qui sont sortis en mars -avril ont été transférés sur les plateformes en VOD. Quand on regarde les sorties de fin juin début juillet, les gens ne vont pas se bousculer".  

Un redémarrage dans ces conditions, certains exploitants se demandent si ça vaut le coup. Cette Niçoise cinéphile commence à se lasser des films à la maison : "Je suis  impatiente de voir rouvrir les cinémas de Nice, j'ai regardé des séries de qualité, revu des vieux films des années 60, je veux retourner dans les salles obscures, retrouver le grand écran, l'ambiance. Certains films n'ont pas eu leur chance, ils sont restés peu de temps à l'affiche en mars, pourquoi ne pas les reprogrammer ?

Si le 7e art vous manque, Cannes organise le ciné-drive sur le parking du stade Coubertin à La Bocca. Les séances, à réserver en ligne coûtent 6,50 euros par personne, les projections débutent à 21h30. Au programme ce mercredi soir "Moonrise Kingdom", une comédie de Wes Anderso. Des films en avants-première seront projetés vendredi et dimanche. Le programme est à retrouver sur le site internet de la ville de Cannes. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu