Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La relance éco : reprise en demi-teinte pour le château de Meung-sur-Loire

-
Par , France Bleu Orléans

Le château de Meung-sur-Loire a rouvert ses portes au public depuis le 16 mai dernier. Mais, sans les visites des touristes étrangers et des scolaires, et sans l'organisation d'événements privés et d'entreprise, c'est une reprise d'activité en demi-teinte.

La façade médiévale du château de Meung-sur-Loire
La façade médiévale du château de Meung-sur-Loire © Radio France - Mathilde Bouquerel

On l'appelle "le château aux deux visages" pour ses deux façades radicalement différentes, l'une médiévale et austère, l'autre XVIIIe et peinte en rose. Depuis le 16 mai dernier, le château de Meung-sur-Loire accueille à nouveau du public. 

La façade XVIIIe du château de Meung-sur-Loire
La façade XVIIIe du château de Meung-sur-Loire © Radio France - Mathilde Bouquerel

Il figure parmi les "châteaux de la Loire", aux côtés de Chambord, Blois, Chaumont ou Sully-sur-Loire notamment. Moins connu du grand public peut-être, le château de Meung a pourtant de nombreux atouts : sa particularité architecturale d'abord, mais aussi ses souterrains, anciennes geôles où fut jeté le poète François Villon, ou encore sa surprenante pièce d'eau du XVIIIe dite "salle de bains des évêques".

Une radicale baisse de fréquentation

Pourtant, la fréquentation du château (environ 47 mille visiteurs à l'année) est en berne en cette période de déconfinement. Ce que confirme le propriétaire du lieu, Xavier Lelevé

Le propriétaire du château de Meung-sur-Loire, Xavier Lelevé
Le propriétaire du château de Meung-sur-Loire, Xavier Lelevé © Radio France - Mathilde Bouquerel

"On a 55% de visiteurs en moins en ce moment, notamment parce que les touristes étrangers ne sont pas là", analyse-t-il, "La semaine, les Français travaillent donc il y a beaucoup moins de monde pour découvrir le patrimoine ... Et même parmi les Français, il nous manque les scolaires, les centres de loisirs, les camping-caristes."

Un tryptique économique déséquilibré

Mais la baisse de fréquentation n'est pas le seul problème de Xavier Lelevé. L'équilibre économique du château de Meung-sur-Loire repose en fait sur un tryptique : visites, événements privés type mariages, et événements d'entreprise (séminaires, lancements de produits, team building, etc.)

La collégiale Saint-Liphard, qui fait face au château de Meung-sur-Loire
La collégiale Saint-Liphard, qui fait face au château de Meung-sur-Loire © Radio France - Mathilde Bouquerel

"Pour le moment, nous ne pouvons seulement accueillir des événements de dix personnes maximum", explique-t-il, "Nous espérons que cela changera à partir du 22 juin ... En attendant, nous ne faisons que 20 à 25% de notre chiffre d'affaire."

L'attachement des touristes français

A défaut des touristes étrangers, qui risquent bien de ne pas revenir aussi nombreux cet été, le "château aux deux visages" peut compter sur son charme et la séduction qu’il exerce sur les touristes français.  

On est au cœur de la France historique, l’orléanais, avec un patrimoine architectural extraordinaire

C’est la deuxième fois que Stéphane Gaudin, habitant d’Olivet visite le château de Meung. "Pour moi qui suis ancien Tourangeaux, c’est l’un des plus beaux châteaux de la Loire en termes d’intérieur", confie-t-il, "Contrairement à certains d’entre eux qui peuvent être assez vides, ici il y a des costumes, du mobilier, des objets à admirer dans chaque pièce … C’est très vivant !"

Pascal Landes (veste blanche) et Stéphane Gaudin (écharpe jaune) en commpagnie de leurs familles respectives devant le château de Meung-sur-Loire
Pascal Landes (veste blanche) et Stéphane Gaudin (écharpe jaune) en commpagnie de leurs familles respectives devant le château de Meung-sur-Loire © Radio France - Mathilde Bouquerel

Cette fois, Stéphane est venu avec son épouse et un couple d’amis habitant la région parisienne. Lui, Pascal Landes, est professeur d’Histoire-géographie et visiblement séduit par le lieu : « C’est une très belle région ! On est au cœur de la France historique, l’orléanais, avec un patrimoine architectural extraordinaire. C’est l’occasion de redécouvrir cette richesse, et de participer un peu au tourisme et à l’économie nationale qui en a bien besoin ..."

Autre atout du château de Meung-sur-Loire : il est l’une des étapes de la Loire à vélo, qui attire chaque année près de 30.000 cyclotouristes.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess