Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco

La relance éco : retour aux pantalons pour le couturier de Nancy Davy Dao

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Le couturier Nancéien a fabriqué 850 000 masques en tissu distribués aux habitants de Meurthe-et-Moselle. Retour sur une aventure hors norme pour Davy Dao qui privilégie le local et retrouve la conception de vestes et pantalons avec des embauches et un nouvel atelier.

Le couturier de Nancy Davy Dao a retrouvé sa boutique et ses clients.
Le couturier de Nancy Davy Dao a retrouvé sa boutique et ses clients. © Radio France - Thierry Colin

Le défi était de taille : deux mois pour fabriquer 850 masques en tissus et les premières semaines ont été compliquées. Le couturier de Nancy Davy Dao avoue que les débuts ont été éprouvants avec des journées de 13 heures par jour sur les machines à tenter de trouver des solutions avec 95 personnes en insertion professionnelle. 

Au final, le pari est réussi, deux personnes ont été embauchées et l’artisan va doubler ses effectifs et déménager dans un atelier plus grand à Maxéville* en banlieue de Nancy. Davy Dao revient sur ce pari initié par le Conseil départemental de Meurthe-et-Moselle et évoque la suite de l'aventure.

Fabriquer des masques localement avec des personnes en insertion et dans un temps contraint : ce n'est pas forcément évident ? 

Oui, et on a fait des petites nuits au début mais on sort plutôt grandi et pour mes équipes, je pense que c’est la même chose : c'était éprouvant, mais à la fois on éprouve une grande fierté à l'avoir fait, et il y a ce côté utilité publique. Ça nous a fait beaucoup de bien cette humanité pendant la période du Covid et on a eu un pincement au cœur quand ça s’est arrêté.

Aujourd’hui : contrat rempli avec 850 000 masques produits en deux mois, c’est un retour aux vêtements classiques ? 

Oui, on va reprendre l'activité, renforcer les équipes et on a trouvé un nouveau local. J'ai pu croiser quelques uns de nos clients en boutique et ils ont beaucoup de paroles élogieuses à notre égard et surtout pour notre initiative.

Le secret : du beau pour que nos clients se fassent plaisir de manière responsable et durable avec de la qualité.

Que vont devenir les automates de couture utilisés du 3 mai au 10 juillet pour votre usine éphémère ? 

Le postulat de base, c'était investir dans des machines qui pourraient nous servir pour la suite. Maintenant, on est en train de reprogrammer, pour être un peu technique, ces machines là pour nous aider à fabriquer nos produits, notamment des vestes des jeans et autres. 

Une expérience unique et l’occasion d’investir et de se faire connaître ? 

Bien sûr, ça nous donne un élan supplémentaire, mais même si on a fait 850.000 masques, il faut garder les pieds sur terre et avancer comme en bon père de famille. Avec cette crise économique, il faut prévoir la suite et prévoir ce qui, parfois est non prévisible. 

A LIRE également : 10 000 masques made in Lorraine par jour

La gamme Davy Dao va s’agrandir ? 

Oui, ça va être une gamme de basiques disponibles tout le temps en stock chez nous, que ce soit du tee-shirt jusqu'au pantalon. On va également pousser beaucoup la mode féminine parce que, historiquement, on était une marque d'hommes. La femme est l’avenir de l’homme et on faisait déjà 30% de modèles féminins mais on va continuer.

Le confinement a eu un effet sur l’attrait du made in Lorraine ? 

La croissance de notre chiffre d’affaire est de 30% par an depuis trois ans. Même si on est dans un marché de niche, on ressent qu’il y a un besoin de se recentrer sur des choses qui sont essentielles. Les circuits courts, sont hyper importants et il y a une vraie prise de conscience. On voit que sur notre site internet, les chiffres grimpent et pas uniquement des habitants du Grand Est. C'est intéressant pour ce que l’on porte : la fabrication locale et durable. 

Une boutique à Nancy et un atelier à Maxéville.
Une boutique à Nancy et un atelier à Maxéville. © Radio France - Thierry Colin

C’est quoi votre secret ? 

Surtout faire du beau, faire de la mode pour que nos clients se fassent plaisir de manière responsable et durable avec de la qualité. On a des standards de qualité qui sont différents des grosses chaînes et c'est en ça que nos clients nous font confiance et ont envie d'investir dans nos entreprises. 

*Davy Dao conserve sa boutique au centre-ville de Nancy, rue des Ponts, à deux pas de la place Stanislas, mais ouvre un atelier sur 400 mètres carrés à Maxéville qui devrait employer à la rentrée neuf personnes et trois apprentis. Deux personnes en insertion lors de la fabrication de masques ont été embauchées par le couturier nancéien.

Ecoutez Davy Dao, couturier à Nancy

Retrouvez la chronique "La Relance Eco" à 7h15 tous les jours sur France Bleu Sud Lorraine.

France Bleu Sud Lorraine est à vos côtés pour vous accompagner pendant la période de déconfinement. Chaque jour à 7h15, votre radio s'intéresse à une entreprise, un commerce, un club de sport, une association, une institution emblématiques de notre région. Comment se porte-t-il (elle) ? Quels enseignements tire-t-elle (il) de cette pandémie de coronavirus ? Comment se projette-t-elle (il) dans l’avenir ?

Choix de la station

À venir dansDanssecondess