Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco

" La relance éco": un mois après leur réouverture, les Pathé d'Orléans et Saran en manque de spectateurs

-
Par , France Bleu Orléans

Il y a un mois et un jour exactement, les cinémas rouvraient leurs portes après trois mois de fermeture. Aujourd'hui, la reprise est encore bien timide. Les cinémas Pathé d'Orléans et Saran ont divisé leur fréquentation par cinq. La faute surtout à une offre en films limitée.

Entrée du Pathé Place de Loire à Orléans
Entrée du Pathé Place de Loire à Orléans © Radio France - Patricia Pourrez

Pour comprendre les difficultés actuelles des cinémas en France, il suffit de regarder le nombre d'entrées. Et dans les Pathé d'Orléans et de Saran, c'est très marquant détaille Roger Georges, le directeur des deux salles. "Aujourd'hui, je fais au mieux 350 à 400 clients par jour. Avant, c'était 1.500 à 2.500 donc on voit bien la différence". Et pourtant, après trois mois de fermeture pour cause de crise sanitaire, il y avait une vraie demande de cinéma. "C'est vrai que notre réouverture était attendue. Au début, à la mi-juin, on voyait des files de spectateurs devant les portes avant l'ouverture et puis, ça s'est vite tassé." 

Roger Georges, le patron des Pathé de l'Orléanais
Roger Georges, le patron des Pathé de l'Orléanais © Radio France - Mohamed Bouqriti

Pas de blockbusters à l'affiche 

La période estivale est rarement faste pour les salles obscures. Mais cet été, c'est encore plus flagrant car le nombre de films proposés est limité. "On n'a pas le James Bond ni le Mulan que tout le monde attendait et qui peuvent à eux seuls porter la période" explique Roger Georges. "On a quand même de bons films français comme Eté 85 de François Ozon. Mais cette offre là ne suffit pas à relancer totalement la machine". En conséquence, Pathé a réduit le nombre de séances et les personnels d'Orléans et de Saran sont encore en partie en chômage partiel. 

Des investissements reportés...

Pour Roger Georges, le Groupe Pathé arrivera " à passer la tempête" mais en attendant, beaucoup d'investissements vont devoir être reportés. "Au Pathé Loire, je viens de refaire le hall. Je voulais dans la foulée changer certains sièges. Mais, ça attendra" explique Roger Georges. "Même chose à Saran, on a commencé à rénover des salles et là, il faut attendre des jours meilleurs".

... et un départ en retraite un peu terni 

Après 59 ans dans le milieu du cinéma, Roger Georges doit lui quitter le navire Pathé en octobre prochain. "Ce n'est pas le départ en retraite que j'imaginais. Je n'avais jamais connu le chômage, jamais connu des cinémas fermés, des cinémas où l'on n'a plus de films à proposer. C'est évidemment très triste mais ça reviendra et moi, je serai là en spectateur."

La relance éco dans les cinéma Pathé d'Orléans et Saran

Choix de la station

À venir dansDanssecondess