Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La relance éco : une épicerie bisontine sans emballage en bonne santé

-
Par , France Bleu Besançon

Chaque jour, France Bleu Besançon s'intéresse à une entreprise ou à une filière économique de notre région. Ce mercredi, il s'agit de l'épicerie bisontine sans emballage Le Vrac. Prise d'assaut durant le confinement, son responsable, Amélien Grandvaux, est confiant pour la suite.

L'épicerie a emménagé rue de la Préfecture le 15 juin dernier.
L'épicerie a emménagé rue de la Préfecture le 15 juin dernier. © Radio France - Amaëlle Brignoli

Comme la plupart des commerces alimentaires, l'épicerie Le Vrac a été prise d'assaut durant le confinement. Au point que certains produits, comme les fruits et légumes, sont venus à manquer à de nombreuses reprises. "Nos ventes en fruits et légumes ont augmenté de 70% pendant le confinement", affirme Amélien Grandvaux, responsable de l'épicerie sans emballage. Au mois d'avril, celle-ci a enregistré une hausse de 20% de son chiffre d'affaire. "Un bilan économique plutôt positif", estime le Bisontin de 28 ans.  

Installée rue des Granges depuis 2016, l'épicerie propose des fruits et légumes de saison, des graines, du chocolat, mais aussi des produits d'entretien ou du shampooing. Le tout sans emballage : les clients se rendent au magasin munis de leurs propres contenants. Les produits sont locaux, bio, et les bocaux fabriqués en France. 

Le 16 avril dernier, l'épicerie et ses cinq salariés devaient emménager rue de la Préfecture, dans un local deux fois plus grand. Le déménagement a dû être reporté au mois de juin, confinement oblige. Mais le nouveau local de la place Granvelle s'est révélé d'une grande utilité. "Il nous a servi de lieu de stockage, grâce au surcroît d'activité qu'on a eu, et à l'empressement des clients d'acheter de la farine, des pâtes et du riz", dit Amélien Grandvaux en souriant.  

Le circuit-court a la cote

D'après lui, les estampilles "bio" et "local" ont séduit de nouveaux clients durant le confinement. "On a eu un afflux de personnes qui étaient confinées en centre-ville et qui se sont plus tournées vers des magasins de proximité comme le nôtre, avec des produits en circuit-court", explique-t-il.  

Cette hausse de la fréquentation s'est prolongée au-delà du confinement - Amélien Grandvaux 

Un nouvel élan que le gérant du Vrac espère durable. "Les producteurs ont besoin de nous pour vivre. Il faut que la part de produits de proximité et de circuit-court augmente dans les achats des clients, et encore plus aujourd'hui. C'est le changement à venir et grandissant."  

Toujours est-il que le déconfinement s'est révélé tout aussi satisfaisant pour l'épicerie de la place Granvelle. "On est sur une bonne lancée, affirme son gérant. Et les clients ont plus de place, on a plus de produits, c'est plus agréable". Désormais, il attend la rentrée avec impatience. "C'est là qu'on verra si cet élan continue. Mais avec l'équipe, on est plutôt serein." 

Mesures sanitaires toujours en vigueur

Des mesures sanitaires ont été mises en place dès le début du confinement : pas plus de quatre clients à la fois, gel hydroalcoolique obligatoire, et contenants alimentaires personnels interdits. D'autant que le concept de l'épicerie sans emballage implique que les clients se servent eux-mêmes dans les bacs et silos à l'aide de petites pelles. "Maintenant, on donne deux pelles et une pince à chaque client, qu'il utilise dans tout le magasin. Puis on les récupère, on les désinfecte, et on les lave à plus de 60 degrés", explique Amélien Grandvaux.  

Des mesures sanitaires toujours en vigueur aujourd'hui, et que le responsable du Vrac compte prolonger au moins jusqu'à la fin de l'année. "On ne pense pas revenir en arrière car au-delà du Covid-19, ça permet d'éviter la transmission d'autres maladies, comme la gastro", précise-t-il.  

Retrouvez la chronique "La relance eco" à 7h17 tous les jours sur France Bleu Besançon France Bleu Besançon est à vos côtés pour vous accompagner pendant la période de déconfinement. Chaque jour à 7h17, votre radio s'intéresse à une entreprise emblématique de notre région (fleuron industriel, club de sport, association, restaurant, etc.). Comment se porte-t-elle ? Quels enseignements tire-t-elle de cette pandémie de coronavirus ? Comment se projette-t-elle dans l’avenir ?

Choix de la station

À venir dansDanssecondess