Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

"La relance éco" : une nutritionniste francilienne retrouve des patients "inquiets" après le confinement

-
Par , France Bleu Paris

En moyenne, les Français ont pris 3,5 kilos pendant les deux mois de confinement. Beaucoup se pressent chez Emilie Défendini, une nutritionniste d'Argenteuil. Elle rencontre de nouveaux patients "qui se sont réfugiés dans la nourriture pour se faire plaisir ou pour combler l'ennui".

Les Français ont pris en moyenne 3,5 kilos pendant les deux mois de confinement.
Les Français ont pris en moyenne 3,5 kilos pendant les deux mois de confinement. © Maxppp - Richard Villalon

Après deux mois de confinement, difficile de fermer le bouton du pantalon. De nombreux Franciliens se reprennent en main pour perdre les kilos pris ces dernières semaines, notamment en allant voir Emilie Défendini, nutritionniste à Argenteuil (Val-d'Oise). Après avoir perdu la moitié de ses rendez-vous pendant le confinement, elle retrouve des patients "qui ont beaucoup d'anxiété" à cause de l'épidémie. Elle a aussi donné des conseils à ceux qui veulent rééquilibrer leur alimentation ce vendredi matin sur France Bleu Paris. 

Un confinement difficile pour la nutritionniste

Le mois de mars est d'habitude la pleine saison pour les nutritionnistes qui reçoivent, en plus de leurs patients habituels, ceux qui préparent les vacances et veulent s'affiner avant de mettre un maillot de bain. Emilie Défendini n'a eu qu'une quarantaine de rendez-vous en téléconsultation, tout juste de quoi payer ses charges. 

Le déconfinement lui fait donc du bien, puisqu'elle retrouve ses clients. "Des patients inquiets, que je n'ai pas eu en téléconsultation pendant la période du confinement... Ce sont des patients qui ont beaucoup d'anxiété avec cette épidémie et qui se sont réfugiés dans la nourriture pour se faire plaisir et également pour combler l'ennui", explique-t-elle.

De nouveaux patients considérés à risque face au covid-19

Des spécialistes, comme des pneumologues, envoient à Emilie Défendini de nouveaux patients depuis peu. "Ils agissent en préventif, car les pathologies associées à l'obésité sont des facteurs aggravants du covid-19", affirme-t-elle.

Et pour accueillir tous ces patients, elle va travailler plus. Six jours sur sept au lieu de cinq. "Il va falloir travailler davantage pour amortir les investissements nécessaires aux mesures d'hygiène", reconnaît la spécialiste qui a tout prévu pour garantir la sécurité de tous dans son cabinet. Masques obligatoires, blouse, plexiglace sur son bureau, balance connectée, mais une prise de mensuration "au contact" avec désinfection du mètre, de la balance, "entre chaque rendez-vous, avant, pendant, après !"

Pas de régime, mais un rééquilibrage alimentaire"

Vous avez envie de perdre quelques kilos ? La nutritionniste ne veut pas utiliser le mot "régime". Ses conseils ? "Scinder son alimentation en trois repas, riches en vitamine C, en antioxydant pour renforcer son organisme pour faire face au coronavirus qui circule toujours, manger des végétaux, des fruits rouges, kiwis, oranges, avec un apport en oméga 3 grâce aux noix notamment !" A vos potagers (urbains) ! Une interview à réécouter ici.

France Bleu Paris est à vos côtés pour vous accompagner pendant la période de déconfinement. Chaque jour à 7h17, votre radio s'intéresse à une entreprise emblématique de notre région (fleuron industriel, club de sport, association, restaurant, etc.). Comment se porte-t-elle ? Quels enseignements tire-t-elle de cette pandémie de coronavirus ? Comment se projette-t-elle dans l’avenir ? 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess