Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"La relance éco" : à Amiens, une réouverture et des inquiétudes pour le bar-restaurant "le Ad Hoc"

-
Par , France Bleu Picardie

A Amiens, quartier Saint-Leu, le propriétaire du bar-restaurant le Ad Hoc Thierry Martin retrouve ses clients dés ce mardi 2 juin. Une reprise en questions, face à l'application d'un strict protocole sanitaire.

Thierry Martin ouvre dés ce mardi 2 juin son bar-restaurant le "Ad'Hoc" quartier Saint-Leu à Amiens
Thierry Martin ouvre dés ce mardi 2 juin son bar-restaurant le "Ad'Hoc" quartier Saint-Leu à Amiens © Radio France - Alexandre Lepère

En Picardie, comme dans toutes les "zones vertes"les restaurants, bars et cafés ouvrent de nouveau à partir du mardi 2 juin. Après l'annonce faite ce jeudi 28 mai par le Premier ministre Edouard Philippe, le plus dur commence pour les propriétaires des établissements : se mettre aux normes sur le protocole sanitaire, afin d'empêcher tout risque de contamination au coronavirus.

Propriétaire du bar-restaurant le "Ad Hoc" depuis une dizaine d'années dans le quartier Saint-Leu à Amiens, Thierry Martin va appliquer un guide sanitaire d'une vingtaine de pages. Parmi les normes à suivre, des tables de 10 personnes maximum, le port du masque pour se déplacer (les clients pourront retirer leur masque une fois à table), ou encore distinguer un endroit pour l'entrée et un pour la sortie.

Pour appliquer ce protocole, Thierry Martin regrette un timing trop serré, avec 4 jours restants, "sachant qu'on a devant nous un week-end et un jour férié. On a eu une fermeture en catastrophe et on a l'impression aussi de faire une ouverture en catastrophe" souligne-t-il.

S'attendant à "beaucoup de travail" d'ici mardi, Thierry Martin doit notamment acheter des bornes supplémentaires de savons et un stock de masques, à fournir aux clients qui ne viendraient pas avec leur masque.

"Ça va être compliqué de gérer avec les nouvelles règles : on est impatients que toutes ces règles puissent s'assouplir" admet le restaurateur en vue de la reprise.

Une prolongation vitale du dispositif de chômage partiel

En colère contre le silence de ses assureurs, qui ne lui ont versé que "300 euros en 2 mois et demi", Thierry Martin a reçu une réponse à son courrier envoyé à Emmanuel Macron et Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie, il y a un mois.

Le propriétaire du Ad Hoc compte maintenant sur la prolongation du chômage partiel pour ses 14 employés. Car selon lui, tous ne pourront pas reprendre à cause de la fréquentation encore limitée dans son établissement.

D'ici les prochains mois, Thierry Martin s'inquiète même de ne pas pouvoir tous les conserver. Un crève-cœur, des membres de son personnel étant également "devenus des amis à lui."

Retrouvez la chronique "la relance éco" à 7h15 tous les jours sur France Bleu Picardie.

Une réouverture avec des inquiétudes pour Thierry Martin, le patron du "Ad Hoc café" à Amiens

Choix de la station

À venir dansDanssecondess