Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La rentrée plus chère pour les étudiants

lundi 28 août 2017 à 14:29 Par Dominique Esway, France Bleu

Le coût de la rentrée va encore augmenter pour les étudiants

Le logement, premier poste de dépenses des étudiants
Le logement, premier poste de dépenses des étudiants © Maxppp - Cédric Jacquot

2403 euros. C'est ce qu'il faudrait à chaque étudiant pour financer correctement sa rentrée selon le baromètre de la Fage, le premier syndicat étudiants. C'est évidemment un peu plus en région parisienne 2616 euros et un peu moins en région 2330 euros pour presque. De son côté l'autre syndicat étudiant l'Unef a évalué que le coût de la vie augmente de plus de 2 % cette année, c'est à dire trois fois plus que l'inflation. Comme on s'en doute, c'est le budget logement qui pèse le plus lourds pour ceux qui ne vivent plus chez leurs parents c'est à dire un étudiant sur deux. Cette année, les loyers augmentent plus en province qu'en région parisienne. L'Unef a relevé les loyers moyens dans les grandes villes universitaires. La hausse dépasse les 4 % à Limoges, Brest, Chambéry, Clermont-Ferrand, et Perpignan. Il y a aussi quelques baisses. C'est le cas à Toulon où le recul frôle les 3 et demi pour cent mais aussi dans une moindre mesure à Bordeaux, à Saint Etienne, et à Saint Denis.

Autre poste important, les transports

S'il arrive que les loyers baissent, ce n'est jamais le cas des transports. A Paris l'abonnement se monte à 342 euros soit une hausse de 2,4 % en un an et dans quatre villes universitaires il coûte plus de 300 euros. C'est le cas à Lyon à Dijon, à Rennes, et à Tours. Les transports les moins chers sont à Limoges, 90 euros pour l'année, à Toulouse et Aix en Provence 100 euros, toujours pour l'année. A Toulouse, ils sont même gratuits pour les étudiants boursiers les plus précaires.

Mais ce n'est pas là que les augmentations sont les plus fortes.

Le record de hausse est détenu par les mutuelles étudiantes qui affichent plus 9 % en région et plus 7 % en Ile-de-France. La sécurité sociale, qui est également gérée par les mutuelles pour les étudiants, coûte aussi un peu plus cher cette année. Il faudra aussi débourser plus pour l'assurance de son logement, entre 3 et demi et 5 %, et prévoir aussi un peu plus pour les courses alimentaires.... En revanche, les tickets des restaurants universitaires et les droits d'inscription n'augmentent pas. Les organisations étudiantes redoutent aussi une réduction des aides accordées par les collectivités locales dont les ressources vont diminuer. C'est déjà le cas dans le Grand Est, en Pays de Loire et en Auvergne.

Dominique Esway