Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La Roche-de-Glun : fin de la grève chez Trigano MDC

lundi 29 janvier 2018 à 17:46 Par Mélanie Tournadre, France Bleu Drôme Ardèche

La grève est terminée chez Trigano MDC à La Roche-de-Glun dans la Drôme. Un accord a été trouvé ce lundi entre syndicats et direction.

28 salariés de Trigano MDC à la Roche-de-Glun (Drôme) étaient en grève depuis le 15 janvier dernier.
28 salariés de Trigano MDC à la Roche-de-Glun (Drôme) étaient en grève depuis le 15 janvier dernier. © Radio France - Sonia Ghobri

La grève est terminée chez Trigano MDC à La Roche-de-Glun dans la Drôme. 28 salariés étaient mobilisés pour obtenir un treizième mois, comme les autres salariés du site spécialisée dans la fabrication de châssis pour camping-cars. 

Un accord trouvé avec la direction

Un accord a été trouvé, ce lundi, entre les syndicats et la direction de Trigano MDC. "On va avoir une prime semestrielle équivalente à 1.600 euros par mois et sans gel de salaires à terme" explique Carlos Cabeceiro, ouvrier dans l'usine de La Roche-de-Glun. "Cette année, nous n'aurons que la moitié de la prime avec gel des salaires mais à partir de 2019 il n'y aura plus de gel des salaires et à partir de 2020 nous toucherons la prime dans sa totalité, soit 1.600 euros par an" explique ce salarié.

Plus de deux semaines de grève

Les 28 salariés de l'unité de production du site Trigano de La Roche-de-Glun étaient en grève illimitée depuis le 15 janvier dernier. Ils réclamaient un treizième mois. Ils ne le touchent plus depuis 1998, suite à un accord entre les syndicats et la direction. A l'époque, les salariés avaient accepté d'intégrer leurs primes de vacances dans leurs salaires pour éviter une délocalisation du site à Mamers, dans la Sarthe. Les grévistes se disaient victimes de discrimination car leurs collègues travaillant dans les bureaux touchent eux un treizième mois