Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

La Rochelle : " en faisant grève, on doit se serrer la ceinture pour les fêtes "

-
Par , France Bleu La Rochelle

Après 21 jours de grève consécutifs, les cheminots rochelais commencent à accuser le coup financièrement, malgré les collectes de leur syndicat. D'autant que les fêtes de fin d'année commencent juste ce mercredi.

Le nombre de gréviste en assemblée générale de la CGT cheminots a fondu de moitié depuis le premier jour.
Le nombre de gréviste en assemblée générale de la CGT cheminots a fondu de moitié depuis le premier jour. © Radio France - Yvan Plantey

La Rochelle, France

Sur le parking du personnel de la gare de La Rochelle, Elodie Couturier, secrétaire CGT cheminots de La Rochelle, peine à haranguer les militants présents. Deux raisons à cela : les préparatifs de Noël et la longueur du mouvement. Ils sont en grève depuis 21 jours consécutifs et sur le tableau du local syndical, le nombre des présents diminue de jour en jour. La baisse est claire : au premier jour du mouvement, ils étaient 51. Aujourd'hui, ils sont deux fois moins. " Les fêtes de fin d'année n'aident pas ", tente de rassurer Elodie Couturier.

D'ordinaire, on offre 4 ou 5 cadeaux à nos enfants, là on va en offrir un ou deux chacun, pas plus - David, un cheminot rochelais

Sur ce tableau, les drapeaux rouges et les autocollants" non à la grève " occupent une large partie. Un "non" qui commence à peser sur le budget de David : " Ça a un vrai coût. En faisant grève, on doit se serrer la ceinture pour les fêtes. Globalement, c'est 100 euros par jour. " Forcément, c'est autant d'argent en moins pour les repas mais aussi pour les cadeaux. Il poursuit : " D'ordinaire, on offre 4 ou 5 cadeaux à nos enfants, là on va en offrir un ou deux chacun, pas plus ". À côté de lui, son fils Nolan est venu dans le local. Le regard droit, il abonde de manière quasi robotique : " Je suis pour la grève moi aussi ".

À Noël prochain, j'espère qu'on se dira qu'on [...] a gagné quelque chose pour notre futur - Nicolas, cheminot à Saintes

David va passer Noël en famille. Ce n'est pas le cas de Nicolas, un cheminot venu de Saintes spécialement pour l'assemblée du jour. Plus qu'un choix, cette décision relève d'un pari pour l'avenir : " Grâce à ma non-présence à ce Noël, j'espère que l'an prochain on se dira qu'on s'est bien battu et qu'on a gagné quelque chose pour notre futur. "

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu