Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Dossier du jour de France Bleu Vaucluse

La Roue, monnaie complémentaire de Provence, est en plein essor

vendredi 26 janvier 2018 à 6:06 Par Aurélie Lagain, France Bleu Vaucluse

La Roue existe depuis six ans en Vaucluse et dans trois autres départements. Mais cela fait seulement quelques mois que cette monnaie complémentaire progresse énormément, convainquant particuliers et professionnels.

La Roue, monaie complémentaire en Provence
La Roue, monaie complémentaire en Provence © Radio France - Aurélie Lagain

Avignon, France

La Roue commence à bien s'implanter en Vaucluse ! La Roue est une monnaie locale et complémentaire, née en 2012. A l'époque, 15 adhérents, dont une pionnière, une productrice de légumes de l'Isle-sur-la-Sorgue. 

Aujourd'hui, plus de 700 adhérents rien qu'en Vaucluse, alors que la Roue est utilisée aussi dans les Bouches-du-Rhône, les Hautes-Alpes et les Alpes-de-Haute-Provence. Il s'agit de consommateurs, et de professionnels :  agriculteurs, boulangers, épiciers, mais aussi ostéopathes, comptables, ou encore informaticiens.

L'association SEVE 84 compte  20 à 30 adhérents de plus chaque mois, une croissance "exponentielle" pour sa coordinatrice Anne Demichelis.

Peut-être aussi encouragée par les bureaux de change, de plus en plus nombreux. Dernier en date à Avignon, une boutique du centre-ville, le Petit Pot. Marjorie Maugeais-Couzyn sort sa petite caisse bleue, et ses billets colorés (et sécurisés) : "On va favoriser l'économie circulaire, ça donne du sens à nos achats".

A Noël, certains ont changé 400 euros en Roues, mais cela représente "moins de 5% des recettes".

"Je me vois consommer autrement."

Pour régler, on paie tout ou partie en Roues. Quand il faut rendre la monnaie en roue sur quelques centimes, ce sont des centimes d'euros.

"Je me vois consommer autrement depuis que j'ai la Roue, ça oblige à se rapprocher des commerçants locaux_"_, explique Meige, qui a dans son porte-monnaie à la fois des pièces en euros et des billets en Roues.

Depuis trois semaines, l'épicerie Youpi les Brocolis à Avignon accepte la Roue. "Il faut dépenser les Roues avec les fournisseurs, mon boulanger, mon charcutier, mon boucher...", explique Marie Sylvestre, chez qui une dizaine de clients a déjà payé en Roues. "C'était assez évident de faire circuler cette monnaie locale qui favorise ces échanges entre producteurs du coin."

"Au moins on est sûr que c'est une petite économie qui profite à la région" - Frédéric Jouvaud, pâtissier qui accepte la Roue dans ses trois boutiques

L'objectif ? Faire circuler la monnaie ! Selon une étude réalisée pour la monnaie complémentaire de Toulouse, le Sol violette "circule trois fois plus vite que l'euro et génère plus de richesse", rappelle Anne Demichelis. 

La monnaie locale complémentaire favorise aussi l'économie circulaire. 

Vous réglez votre repas au restaurant en Roues, puis le restaurateur paie en Roues son producteur de poireaux, le producteur se paie ou paie ses employés en Roues, et peut ensuite payer en roue sa séance de cinéma ou sa baguette... Et c'est reparti.

"Cela représente entre 2 et 5 % des recettes", précise Clément Capeau, qui explique payer en partie son salaire et celui de ses frères en Roues.

"La totalité des honoraires que nous verse l'association Semailles est payé en Roues", annonce Nadia Esposito, expert comptable de l'association d'insertion en ceinture verte d'Avignon. Une partie des rémunérations dans l'entreprise est versée en roues.

L'APROVA paie aussi jusqu'à 100 euros ses salariés en Roues, à leur demande :"Tout le monde a été d'accord", rappelle Nicolas Descaves, le gestionnaire. "Je verse une  partie par virement, le reste directement en Roues."

Bayonne va payer ses agents en partie en monnaie complémentaire, l'Eusko. Pourquoi pas chez nous ? "La maire d'Avignon commence à parler de la Roue dans les réunions publiques... Je suis remplie d'espoir!" se plaît à rêver Anne Demichelis.

En France, des dizaines de monnaies complémentaires circulent ou sont en réflexion.

A Bristol, en Anglerre, la monnaie complémentaire connaît un formidable succès, comme l'a montré le film Demain.