Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Immeubles effondrés à Marseille

La rue d'Aubagne à Marseille rouverte aux piétons près de deux ans après le drame

-
Par , France Bleu Provence

Les barrières de la rue d'Aubagne à Marseille vont progressivement disparaître. Depuis ce mardi matin, les piétons peuvent circuler librement devant les numéros 63 et 65 qui se sont écroulés le 5 novembre 2018.

Les immeubles effrondrés ont laissé un trou béant dans la rue d'Aubagne à Marseille
Les immeubles effrondrés ont laissé un trou béant dans la rue d'Aubagne à Marseille © Radio France - David Aussillou

C'est un acte symbolique à l'approche du deuxième anniversaire du drame de la rue d'Aubagne à Marseille. Ce mardi matin, les barrières installées le long du trottoir devant les numéros 63 et 65 ont disparu. Depuis l'effondrement des immeubles et la mort de huit personnes le 5 novembre 2018, l'accès à une partie de cette rue était limité pour les piétons à un passage de moins d'un mètre de large.

La circulation à pied est maintenant possible sur l'ensemble de la rue. "Ça fait du bien, reconnait Youssef. On osait à peine passer pour rentrer chez nous. Maintenant, on respire enfin". 

Des travaux de consolidation d'immeubles sont encore en cours dans la rue d'Aubagne. Mais la municipalité veut maintenant organiser une concertation avec les habitants pour déterminer ce qui sera réalisé à l'emplacement des anciens immeubles. 

"Moi j'aimerais que la rue soit entièrement piétonne, confie Sophie Camard, maire du 1er secteur. J'espère aussi qu'elle sera apaisée, rendue au quartier. C'est quand même une belle rue traversante entre la Canebière et le cours Julien".

Comme les familles des huit victimes du numéro 63, l'élue ne souhaite pas la construction de nouveaux immeubles d'habitation à l'endroit du drame. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess