Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La saison touristique ne laissera pas de grands souvenirs en Aquitaine

vendredi 29 août 2014 à 10:13 Par Stéphanie Brossard, France Bleu Gironde

L'été a été maussade du point de vue de la météo comme d'un point de vue économique selon les professionnels du tourisme en Aquitaine. Une tendance générale, à nuancer, selon Brigitte Bloch la directrice du comité régional du tourisme. Interview.

Brigitte Bloch la directrice du comité régional du tourisme en Aquitaine
Brigitte Bloch la directrice du comité régional du tourisme en Aquitaine © Radio France

Peut-on dire que la saison touristique estivale a été catastrophique?

Brigitte Bloch : Non, il ne faut pas aller, jusque là. C'est une saison qui ne laissera pas de bons souvenirs mais elle n'est pas terminée ! On a l'habitude d'avoir de bons mois de septembre. Bien sûr, ça n'a pas été extraordinaire, mais les touristes étaient quand même là... Sinon, on n'aurait pas de bouchons sur les routes.

La faute à la météo essentiellement?

Pas seulement. Il y a aussi la situation économique. Les vacanciers ont tendance à faire des économies, à réduire leur séjour ou à faire attention dans les dépenses quotidiennes. 3e élément, à ne pas négliger en Aquitaine, ce sont les images des tempêtes et des grandes marées cet hiver, qui ont eu une incidence sur nos plages notamment dans le Médoc. Certains tours-opérators étrangers nous ont signalé que leurs clients étaient inquiets et regardaient ailleurs au moment des réservations.

Y-a-t-il des différences selon les territoires?

Oui, les périodes difficiles renforcent les lieux connus. On a eu, par exemple, une belle saison sur le Bassin d'Aracachon et une excellente saison, à Bordeaux : avant on allait en vacances à la plage et quand il pleuvait on partait en ville. Maintenant, on planifie aussi un passage de quelques jours à Bordeaux, pour aller au musée, faire du shopping etc.. Le côté "j'ai tout sous la main" est nécessaire aux touristes aujourd'hui. Le classement Unesco a contribué à une plus forte fréquentation aussi à Bordeaux pour les étrangers.

La tendance de l'été c'est aussi que les vacanciers négocient tout désormais?

Il existe ce phénomène mais il faut le relativiser. Ce qui se développe aussi, c'est que le fait d'attendre la dernière minute pour faire des affaires ou réserver longtemps à l'avance pour payer moins cher. La question centrale, c'est en fait, celle d'obtenir un bon rapport qualité/prix.

à lire aussi: le bilan de l'été sur le littoral girondin

"une excellente saison à Bordeaux"