Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La Saur contre-attaque après avoir été écartée du futur marché de l'eau et de l'assainissement à Nîmes

jeudi 17 janvier 2019 à 17:21 Par Sylvie Duchesne, France Bleu Gard Lozère

Le président exécutif de la Saur annonce ce jeudi qu'il saisit la justice après avoir été écarté du futur marché de l'eau et de l'assainissement. Le président de Nîmes Métropole lui a préféré Veolia. L'offre de la Saur était pourtant la meilleure affirme Louis-Roch Burgard.

Louis-Roch Burgard, le président exécutif de la Saur
Louis-Roch Burgard, le président exécutif de la Saur © Radio France - Sylvie Duchesne

Nîmes, France

"Toute l'entreprise se sent injustement traitée." C'est en ces termes que le président exécutif de la Saur qui était à Nîmes ce jeudi commente la décision de Nîmes Métropole de retenir Veolia plutôt que la Saur comme prochain délégataire du marché de l'eau et de l'assainissement. Louis-Roch Burgard estime en effet que l'offre présentée par son groupe (qui gère l'eau à Nîmes depuis 48 ans) était la meilleure

"Ce que nous constatons c'est l'absence de transparence sur les critères de choix. Notre offre est la meilleure et c'est une offre moins favorable qui est retenue pour les Nîmois."

Louis-Roch Burgard, le président exécutif de Saur

Selon lui, l'offre présentée par la Saur permettait de réaliser 86 millions d'euros, contre 80 pour celle de Veolia. Le prix de l'eau lui, aurait baissé de 17% contre 15. Incompréhensible pour le patron de la Saur qui a donc décidé de saisir la justice. Le 22 janvier , il déposera un référé pré-contractuel auprès du tribunal administratif de Nîmes. C'est le lendemain que les élus de Nîmes Métropole doivent se prononcer sur le choix de Veolia. 

"Un manque de transparence qui nous pousse à saisir la justice "

"Je ne sais pas ce que ça peut avoir comme impact sur la décision politique, ce que je dis simplement c'est que ça interdit à l'agglomération de signer le contrat et ça donne à la justice la possibilité d'avoir accès aux documents de la procédure de manière à l'éclairer et à éclairer le choix qui est proposé par Nîmes Métropole aux élus locaux." 

"Le dépôt du référé va bloquer la signature du contrat "

Le président exécutif de la Saur rappelle que Nîmes représente le plus gros contrat du groupe (2,5% du chiffre d'affaires national ) et que c'est l'une des plus grandes entreprises privées installées dans la métropole. L'annexe de son siège social y est installé de même que son laboratoire central, son centre de formation et son centre de pilotage opérationnel pour tour le sud-est de la France. 350 emplois directs. Si Veolia récupère le marché de l'eau, ce sont 250 salariés qui devront aller travailler ailleurs. 

La Saur quittera Nîmes si son offre n'est pas retenue

"Le sort de ces salariés, il est d'abord dans les mains de Yvan Lachaud qui a décidé de se priver des services de Saur. "

" Mon soutien total aux salariés"

Et de prévenir :  "si la Saur n'est pas retenue, je ne vois pas pourquoi elle resterait dans une agglomération qui lui retire sa confiance."